17 + 7 = 6 x 4 = (666 – 18)/27 ou la preuve par les math.

Un peu d’arithmétique ne fait pas de mal.

Il va de soi que le titre de cet article n’a rien d’exhaustif. On peut inventer à l’infini (au sens vrai du terme) des calculs qui donne 24, même des très compliqués si on veut s’en donner la peine.

Maintenant observons une autre chose, par exemple, une évocation de Pythagore :

« Tout est nombre. »

Ainsi les nombres seraient le principe des choses, de l’harmonie universelle. Nous voilà bien avancés… Même Disney en parle à travers une expérience initiatique de son Donald de 1959, et le web (bâti sur les nombres souvenons-nous) aujourd’hui ne tarit plus sur le sujet de la magie des nombres et de la preuve par l’image. Mais ce dernier fait remonte bien au-delà du web…

Cette magie des nombres possède en effet un très haut potentiel de séduction pour peu qu’on regarde les nombres comme quantité seulement c’est-à-dire sous une forme qui en est la manifestation basique : 1 est le premier entier, c’est l’unité, la pulsation, et 2 devient subitement stérile si on ne le prend qu’en tant que somme de deux unités entre elles et ainsi de suite avec 3, etc.

1 étant l’unité, il est le Tout, l’ensemble, ce qui rassemble en unité ce qui est en cohérence plus ou moins manifeste.

2 est la dualité qui installe la polarité, ce n’est pas seulement 1+1… c’est qui tranche l’unité et lui offre le moyen d’avoir des parties non pas identiques mais polaires.

3 apporte une autre couleur, l’équilibre au sein des paries du tout

Ensuite on entre davantage dans des spécificités :

  • le 4 se rapporte volontiers à un ensemble de polarités deux à deux (les saisons par exemple qui sont au quotidien entre les tropiques et se résorbent en une seul très longue journée aux pôles),
  • le 5 installe une harmonie
  • le 6 est une frontière dont il devient difficile de parler en quelque mots….

On lit même parfois que 0 est le premier entier… ce qui devrait paraître aberrant au plus naïf des quidams : le 0 étant plutôt l’absence, on peut évidemment se dire que l’absence est entière. Sans doute un fruit de la génération spontanée le 1 apparait alors à la suite du 0 comme l’amorce existentielle d’une chaine sans fin de nombres sans personnalité. On nie éventuellement Dieu mais on peut professer que 0 est le premier entier.

On peut jouer toute sa vie avec des nombres sans épuiser leurs ressources c’est ce qui relève de leur caractère d’infinité en tant qu’ensemble. Par exemple la formule suivante où a et b sont premiers donnerait toujours une valeur N entière pour peu que a et b soient premiers :

N =[a.nb + b.na + (a.b – a – b).n] . (a.b)– 1

La formule est pourtant abracadabrantesque avec les puissances et les 4 opérations. Par exemple pour les couples (a;b) donnés on trouve par exemple les valeurs suivantes :

calcul

Si on reconnait aisément certaines suites de valeurs (ligne [1;1] et [2;2]) il est par contre difficile de trouver la forme générale des autres lignes (comme [3;3], [4;4], [3;7], [5;7], etc.) toutes complétées avec des résultats effectivement entiers. Et si par exemple la ligne [5;5] (non présente ici) semble être aussi une série entière (au moins pour les même valeurs ici calculées), on peut constater que la ligne [6;6] n’est pas une suite de valeurs entières.

Mais laissons au mathématicien le soin et le souci d’étudier la formule pour lever la conjecture (de Roussel ?…) suivante qui pourrait remporter une médaille Fields ou un autre prix ou  :

dans la formule N =[a.nb + b.na + (a.b – a – b).n] . (a.b)– 1, les couples [a;b] où a et b sont premiers conduisent toujours à des résultats N entiers quelque soit la valeur n.

Personnellement je n’ai ni le moyen ni sans doute les moyens de vérifier. Même si j’ai travaillé sur la conjecture de Goldbach et ai commencé à découvrir des propriétés particulières intéressantes, la preuve ne m’intéresse pas au dernier point.

Car qu’est-ce qu’une preuve ? C’est la certitude par un moyen détourné de vérifier la justesse d’une affirmation, il faut employer des moyens éprouvés, c’est-à-dire certains,  appuyés sur d’autres preuves qu’ils sont justes.

Si on a la preuve que la poule génère l’œuf et réciproquement, c’est un fait indubitable mais pas certains pour toutes les poules (ou tous les œufs) puisque la question se pose encore de l’origine.

Et voici où le bât blesse.. car si mathématiquement on peut faire ce qu’on veut avec les chiffres, on ne peut guère le faire avec les entités du monde vivant vu qu’on entre là dans un milieu (en tant qu’espace) où les valeurs du monde physique (en tant qu’espace aussi mais inerte cet fois) ne font pas forcément loi…

Je regardais avec mon fils un documentaire sur les iguanes. Le narrateur pose à un moment donné la question suivante : Ces nouveaux-nés juste sortis de l’œuf (et sans aucune initiation parentale) savent-ils utiliser leur langue pour attraper un insecte ? La « preuve » par l’image faisait suite : OUI !

Cela partie de la nature de l’iguane, on dirait aujourd’hui que c’est inscrit dans les gènes…

Car dans l’histoire du vivant, il n’y a pas de commencement pour se dire comment attraper se truc que je sais que je peux manger sans que personne ne me l’ait montré ? La chose est factuelle : une volonté est à l’œuvre qui n’est pas du monde physique et c’est pourquoi les gènes observés ne sont pas davantage des preuves de quoi que ce soit ni des éléments « moteurs », mais ceci est une autre histoire…

Appuyer toutes nos réflexions sur la preuve par le nombre est une erreur, une porte immense qu’on se ferme sur l’espace vivant… ce n’est donc pas demain que nous ferons des progrès dans cette direction avec les bases usuelles de la connaissance du monde physique et de son approche (et m^me là je ne suis pas persuadé de la chose vu le travail expérimental que nous développons à l’association scIence !…).

La triégalité du titre ne signifie absolument rien d’autre pour le monde réel que ce qu’elle évoque ! En fait si… elle nous montre aussi que les nombres ne sont pas tout… même si ce très vénérable Pythagore nous l’a dit !

« Penser » la nature

Article en relecture mais livré aux réflexions : vos commentaires sont les bienvenus.

Préambule

Posons d’emblée la réflexion qui va solliciter notre attention :

Est-il vraiment possible de penser la nature* ?

* Nature = milieu à la fois physique et vivant.

Ceux qui parcourt ce blog ont déjà une part de la réponse à travers tout ce qui a déjà été dit : Non, on ne peut pas penser la nature ! C’est un peu court, dirons les plus spécialistes qui passent leur temps à l’étudier sous toutes ses coutures et avec des résultats et des conclusions qui tiennent la route. Et je les en félicite ici grandement. Leur travail est souvent remarquable, et il l’est d’autant plus qu’ils se contente de montrer des phénomènes, de les commenter dans leur aspects les plus divers. En général, je m’arrête à ce niveau et dès que je sens pointer des éléments qui ne concerne qu’une part étroite de la nature, alors je ne lis plus…

Aussi je reformule ma question : jusqu’où est il possible de penser la nature ?

Quand les pensées personnelles ou académiques viennent se mêler à l’observation, la description c’est un peu comme si on accolait deux mondes :

  1. le monde perçu dans sa part à laquelle nous sommes sensibles, nous ou nos instruments, c’est-à-dire la part sensible du monde qui se dévoile à nous
  2. et le monde de notre conscience par laquelle nous nous faisons et nous fondons nos représentation, nos interprétations, les extensions que nous greffons sur le monde perçu avec des logiques évidentes.

Entre 1 et 2 il y a un hiatus, un espace vide où la chose (externe) perçue devient notre propriété imagée (interne). Et là presque tout est possible du plus réaliste au plus fantaisiste. La chose consistante, le mur sur lequel on bute par exemple, devient inconsistante, il y bien plus de vide que de plein dans un mur ! Alors pourquoi ne passe-t-on pas à travers en louvoyant ?… En général, c’est dans le cas N°2 qu’on réfléchit, et cela est bien naturel car nous n’expérimentons pas forcément le cas N°1.

Ma conscience est interne, et l’objet de ma connaissance doit être externe pour que j’ai une position de recul, de possibilité d’observation. Je peux penser ma conscience par exemple… mais ce faisant avec le cheminement scientifique moderne exigé je dois me couper de cette expérience de mon propre penser, de ma propre activité pensante. Alors je vais l’observer chez un autre à travers ce que des machines sont capables de me dire, des machines que j’ai construite sur la base de mes interprétations jusqu’alors du monde.

Comment donc faire pour s’ouvrir à l’intuition, à la nouveauté, à ce qui se montre mais n’entre pas dans le cadre de la machine.

Le cerveau ne pense pas ! Heureusement… Je pense et lui me sert de support, il n’est « peut-être » que ma paillasse de laboratoire, et ce que j’y dépose n’est que ce que j’ai choisi d’y poser. Rien en lui ne représenter le monde extérieur et ceci même encore moins qu’un hologramme : le cerveau n’a rien pour faire des images ! Et pourtant nous pensons en images et cela grâce à lui.

Aussi, si je veux penser la nature, je dois m’y lier et l’expérimenter, la faire mienne en même temps que je m’en retire un tout petit peu, juste assez pour pouvoir l’observer vivre en moi tout en continuant à vivre avec elle. D’une part générer un regard globale et de l’autre un regard posé qui doivent cohabiter.

Je me démarque en croisant…

Titre sibyllin, j’en conviens… mais il suffit de faire le geste de protection par rapport à une agression pour comprendre : en général, on croise les mains (tournées vers l’extérieure : pronation)  à hauteur des poignets, ce qui induit un double croisement…

J’ai personnellement été très fâché de ce qu’on raconte partout à qui veut l’entendre que l’œil droite est connecté au centre visuel du lobe gauche et l’œil gauche au centre visuel du lobe droit. Ce n’est pas vrai ou alors c’est vrai mais seulement de manière partielle : cela ne concerne que la partie central de l’œil, l’espace de focalisation, l’endroit où l’on perçoit l’apparence de la chose dans ces détails fins… Mais le reste, la part périphérique de la vision, l’ambiance générale de l’environnement de la chose observé, eh bien, celle-ci ne croise pas : l’œil droit s’adresse directement au lobe droit et le gauche au lobe gauche…

Une image du site guide-vue.fr (ATTENTION : ce croquis estt donné pour les voie visuelles

La partie intéressante est au niveau du chiasma optique :

Détail sur l'image précédente.

Détail de l’image précédente.

ON le sait, bien sûr, mais qui en parle de cette subtilité ? Et la situation du cortex visuel ? Par ailleurs, le nerf optique est décrit avec 1,2 million d’axones pour 110 millions de photorécepteurs au niveau de la rétine ; un seul neurone intègre en moyenne l’activité de près de 100 photorécepteurs, moins pour la vision centrale qui fixe la précision du détail et plus pour la vision périphérique qui dégage une impression globale.

Notons, comme pour la pensée plus haut, que le cerveau ne voit rien ! C’est moi qui voit et jusqu’à présent je suis dans ma globalité, pas non plus dans mon cerveau…. Je vous invite à faire le geste « Qui ? Moi ? » et vous comprendrez immédiatement la chose.

Le croisement n’est pas anodin du tout, il n’est jamais anodin d’ailleurs. Observons les os de l’avant-bras des primates dans le cadre de la pronation :

Image empruntée à ittcs.files.wordpress.com et qui correspond à la réalité.

La pronation (croquis B) correspond à la prise d’un objet posé (on arrive donc par-dessus) tandis que la supination (croquis A) correspond davantage à la réception d’un objet. Dans la situation B je développe l’intention de prendre quelque chose et dans la situation mon intention et de recevoir. Nous ne sommes pas dans la même disposition intérieure par exemple selon qu’on donne par-dessus (JE (actif) te donne, tu (passif) reçois) ou par-dessous (je (passif) TE (actif) laisse prendre : tu ne reçois pas…).

Les yeux font les deux états en même temps : la partie centre perçoit et prend tandis que la partie périphérique reçoit malgré elle car je ne fais que diriger la partie centre sur l’objet de mon observation. Ma pensée s’exerce généralement sur la partie centrale, ce à quoi je me connecte, sur quoi je me concentre, et la périphérie demeure dans une part inconsciente de moi.

Quand vous marchez de nuit en forêt… ou dans tout lieu où la pénombre et forte et que votre vision centrale devient inopérante malgré sa sensibilité dite supérieure, vous pouvez gigoter vos yeux (sans tourner la tête) l’impression paysagère demeure quasiment fixe. C’est amusant…

Alors comment penser la nature avec un cerveau qui ne pense pas, qui ne voit rien, enfin pas plus qu’il ne parle ou écoute, sent, ressent, perçoit. On ne peut penser que sur l’apparence que prend la nature dans le cadre de nos perceptions, pour tout le reste on se fait des idées qui mènent à des théories, des façon de « voir »… Ceci dit on peut s’ouvrir à la nature de la nature comme dans ce qui se passe avec nos yeux et nos bras, on peut s’ouvrir (supination) et recevoir à travers un regard élargi, périphérique un aspect caché de la nature qui ne dépend pas, ou peu de ce qu’on observe.

Accueillir la nature

C’est un regard méditatif qui nous amène à nous satisfaire de l’expérience et dans l’humilité de ne pas chercher une explication. Avec le regard central nous décortiquons ce que nous observons, avec le regard périphérique nous le vivons parce que nous pouvons nous lier ici à ce qui vit dehors : la pensée qui s’appuie sur le cerveau sera celle qui nous permettra de partager, de décrire, et l’intuition qui s’appuie sur l’accueil dans nos perceptions (supination, vision périphérique) engendre l’acte juste vis à vis de la relation que nous établissons avec le sujet observé (avec tout ce que cela implique en terme de respect).

On peut penser la chute liée à la gravité, la nature même de l’électricité et d’autres choses qu’on peut éprouver directement et « physiquement » : Abandonnons-nous par exemple à la pesanteur en nous effondrant sur nos pieds avant de nous relever en déroulant la colonne vertébrale. Tout ce qui est à relever exige de la force. Observons comment la tête pèse jusqu’à ce qu’elle soit dans sa position de veille. Éprouvons cela et observons ce qui se produit en nous quand on s’aperçoit qu’une fois en place elle ne pèse plus…

Pensons ensuite à la vache (ou n’importe quel autre animal à grosse tête portée par un cou. Tout à coup on ne peut plus penser même la gravitation de la même façon qu’avant.

On ne la remet pas en question mais on s’aperçoit qu’elle doit être encadrée dans des limites strictes… et entre autre que ces limites qu’on peut lui donner excluent de fait le vivant. Autre exemple : notre cerveau (encore lui !) à une masse mais il ne pèse rien en tant que masse cérébrale par rapport à nous ; il flotte dans le liquide rachidien comme nous dans l’eau. La poussée d’Archimède le désolidarise de la gravitation et cette poussée n’est pas une antigravité, elle est liée au rapport des densités entre deux choses pesantes : le poids de l’objet peut disparaître ou être seulement amoindri ; lors de la flottaison il n’est plus ressenti dans ce qui ne sort pas du contexte. La baleine qui saute éprouve sa masse, enfin !

On pourrait continuer longtemps sur le sujet et l’on verrait toujours qu’une part du Réel échappe à l’exercice de penser. On ne peut penser la nature que sous une forme très limitée et adaptée à une mise en condition où elle est décorporée. L’humain est capable de se saisir comme de s’ouvrir, il peut connaître mais il doit savoir que c’est au risque de réduire. Quant à tout vouloir rapporter à des mathématiques… c’est une autre histoire !

 

Vers un monde moderne

À l’issue des 3 articles précédents* mettant  en cause l’apparence de modernité de notre époque, il me faut mettre la pendule à l’heure pour décrire comment aller vers l’étape que je qualifie volontiers de post-matérialiste.

Après le XIXe siècle qui s’interrogea sur le sujet, le XXe siècle commença à découvrir l’intime de la matière, et en ce début de XXIe il est clair que nous sommes allés jusqu’à dématérialiser cette même matière, qui n’est plus que le fruit d’ondes électromagnétiques. Nous vivons dans un monde de plus en plus dématérialisé mais sans rien mettre à la place qu’une sorte d’impondérabilité sans arrière-plan, sans densité constructive autre que pseudo-mécanique, une densité quantique.

Alors je pose la question : comment peut-il encore évoluer ? Je parle bien de l’humain bien sûr, et pas de sa technologie…

Notons bien que j’évoque une question « comment » et non « pourquoi » (vu que la cause est dans sa nature propre de l’humain !) et non plus vers quoi (nous verrons plus loin…). Pour autant que l’on puisse répondre à cette question, il faut au moins poser quelques postulats :

  • l’humain est un être d’évolution qui passe son temps à s’évader des conditions naturelles,
  • l’humain (et le vivant en général) n’est pas que la somme des molécules qui en composent sa nature physique apparente,
  • l’humain est capable de se différencier du monde environnant (sentiment du « je », appui sur sa capacité à reconstruire le monde sous forme d’image indépendante de l’environnement perçu strictement : imagination, fantaisie, créativité, etc.), l’humain peut se mouvoir dans son monde intérieur.

Si ces postulats sont vérifiés intérieurement déjà, il va de soi qu’un bout du chemin vers le comment d’une modernité de l’humain peut se dessiner. Lire la suite

(dé)connectez-vous

Volet N° 3 après quelques réflexions sur l’homme réduit, et sur la réalité réelle ou virtuelle.

Que se passait-il il y a seulement 25 ans ? Les humains de toutes les sociétés vivaient directement avec le monde.

Oh, parfois c’était avec un fil à la patte pour garder contact avec l’enfant parti en voyage en se souvenant, comme si c’était hier de l’époque où eux-mêmes avaient parcouru 15 000 km en 6 mois sans écrire plus d’une carte ou deux !

Aujourd’hui, les pauvres jeunes sont toujours au bout de leur téléphone pour dire au monde entier « je suis là » jusqu’au moment où, dépouillés de leur téléphone, ils se retrouvent plus nu qu’Adam (ou Eve)…

Mais je ne souhaite pas parler de cette miraculeuse galère qu’est le téléphone portable. C’est un épiphénomène de quelque chose de bien plus ennuyeux auquel on peut soit rester sourd soit s’éveiller et alors advienne que pourra. À chacun de choisir !

Lire la suite

Réalité Réelle ou Virtuelle

Conséquence logique de l’article précédent qui portait sur la VAO (végétation assistée par ordinateur), nous nous devons de parler de la réalité virtuelle.

C’est une sorte de concept un peu paradoxal (juste pour ne pas dire … idiot). Car en fait, si une réalité s’appuie sur un Réel, que signifie un Réel Virtuel ?

On peut évoquer une Réalité Virtualisée sans trop de problème. Par exemple, une photographie, une peinture, une sculpture. Le fait de figer l’instant, ou d’idéaliser un être ou une chose, de composer même une image nous offre, en tant qu’image, une réalité (qui n’est plus accessible) de manière virtuelle [voir ici une définition de VIRTUEL(LE)].

On peut aussi penser tout aussi facilement à une Virtualité Réalisée : par exemple, les fractales (voir ici pour une explication et des exemples, certains sont commentés en note ci-dessous).

Ce qui est intéressant de noter est la différence d’aspect temporel selon qu’on table sur la réalité ou la virtualité. Lorsqu’on accède à une virtualité on fait un grand écart entre passé et futur et lorsqu’on s’inscrit dans la réalité, on …. la vit ! Lire la suite

L’homme réduit… ou la V.A.O.

Un homme [1] peut en cacher un autre, et il se peut fort que l’homme augmenté devienne en fait un homme réduit. Le rêve pourrait bien être, en fait, un cauchemar.

Défaitiste, moi ? Non, réaliste…

L’homme augmenté

Qu’est-ce que l’homme augmenté ? C’est une sorte d’inspecteur gadget qui sous de bons (ou moins bons) prétextes utilise des astuces (généralement) électroniques pour complémenter (d’où le terme « augmenté ») certaines imperfections de notre nature corporelle et, voire bientôt, de notre nature cognitive.

Que se passe-t-il pour un humain faisant partie de la norme millénaire ? Ce n’est pas compliqué, il fait face au monde dans la limite de ses moyens en terme de perception (via les sens), de cognition (via son intelligence), d’action (via sa force) : Lire la suite

Cervo… Disquo… et informations (2/2)

Première partie : La mécanique du corps, La mémoire et l’être

Depuis l’avènement des octets on assiste à une émergence volcanique du terme information. On stocke de l’information, on gère de l’information, l’information nous fait vivre, elle est partout présente, dans chaque atome, dans tout l’univers. Soit, c’est un point de vue qui peut se défendre.

Un exemple du point de vue de la vie : le sommeil

Prenons un exemple: mon corps fatigue, des informations circulent me dit-on comme autant de signaux d’alerte, de bip bip qui annoncent qu’il est temps de lâcher ce qu’on fait pour aller dormir. Je va  donc décider d’aller se coucher.

Pourquoi ? Mais parce que mon corps réclame son du. Lire la suite

Cervo… Disquo… et informations (1/2)

Introduction sibylline…

J’ai reçu ce message dans un de ces courriels qui passent de boite en boite :

Si le cerveau des personnes âgées est lent, c’est parce qu’ils savent déjà tellement de choses.
La mémoire des gens ne diminue pas avec l’âge, si cela leur prend plus de temps à se rappeler des faits, c’est, d’après les scientifiques, parce qu’ils ont plus d’informations dans leur cerveau.
Tout comme un ordinateur rame quand le disque dur est trop plein, les humains prennent plus de temps pour accéder aux informations lorsque leur cerveau est plein. …
[suite en note 1]

J’en ai trouvé la source sur le Huffington Post du 29 janv. 2014 [2].

J’ajoute volontiers l’extrait suivant tiré du dernier paragraphe de Molécule la merveilleuse, un ouvrage de Lionel Salem, 1979, Inter Editions) découvert exactement le même jour :

La vie est l’œuvre d’une infinité de molécules. Et quand bien même certains gestes — le tir d’un footballeur, le baiser d’une mère à son fils — sauront toujours nous émouvoir de façon unique, peut-être sourirons-nous désormais intérieurement, avec quelque complicité, en pensant à toutes celles qui sont responsables de ces gestes.

La mécanique du corps

Cela fait longtemps que je relève de tels propos Lire la suite

Dieu VS Darwin (ou le contraire ?…) 1/2

ATTENTION : derrière le mot Dieu, je mets un simple principe, supérieur à ce que l’on peut atteindre, je ne mets aucun lascar issu d’un dogme de confession religieuse A, B, C ou D, etc.. mais vous comprendrez tout ça si vous poursuivez votre lecture.

Préambule :

À l’origine de ce billet il y a une discussion sur le réseau face book (voir ici si vous possédez un compte).

Cette discussion a été amorcée par le commentaire suivant de la personne qui souhaitait porter à la connaissance des facebookiens la vidéo qui suit :

Après, certains disent que les mutations n’existent pas, que Darwin raconte n’importe quoi… que les êtres vivants sont le fruit de Dieu, selon les créationnistes !

The Evolution of Bacteria on a « Mega-Plate » Petri Dish from Harvard Medical School on Vimeo.

Lire la suite

Dieu VS Darwin (ou le contraire…) 2/2

ATTENTION : ce billet a un précédent (lien)

Où est Darwin ? Qui est-il ?

Tout est-il donc question d’inertie ?

Quittons Darwin un moment pour rendre visite au travail de Newton à défaut de celui d’Aristote. Si l’inertie, principe (un fait premier) dit fondamental de la dynamique (c’est-à-dire du jeu des forces), régnait en maître, depuis longtemps… eh bien… il ne se serait rien passé et personne ne serait là pour écrire puisqu’il n’y aurait personne pour lire ni vie pour animer tout ce qui n’existerait qu’à l’état inerte. Le principe fondamental de l’inertie du système du monde ne fonctionne pas.

Lire la suite