Archives mensuelles : mars 2011

Science et Société

Paru en 2 partie en février mars 2011

Science et Société (I)

La science est le socle de la société. Étienne Klein

 La science fait-elle la société ? La société appelle-t-elle la science ? Qui a besoin de qui ? Comment établir un lien fiable ? Harmonieux ?

La science est devenue technoscience. Elle entasse des résultats innombrables rendu possibles par des instruments performants, total interface entre l’observateur et le phénomène ; elle devient statisticoscience. Est-ce la fin de la création humaine ? N’a-t-on plus de ressource de créativité conceptuelle autrement que dans le domaine technique, mécaniste pour l’améliorer ?

Cette technoscience prend sa place dans la société, s’incruste, prend corps : elle s’incarne. On a de plus en plus l’impression que sans elle, la société humaine n’est rien, n’a pas d’avenir ! Elle est présente dans les médias dès lors qu’il s’agit de garantir quoi que ce soit. Elle fait autorité sur tout ou presque, ayant son mot à dire à propos de tout ou presque.

Ce mot ‘presque’ est peut-être le maillon faible de la science. Elle en est consciente et cherche à combler la lacune. Ainsi puisque l’on ne trouve pas l’être ou quelque chose qui y ressemble au fond du fond de la matière (avec nos outils faits pour percer les secrets de la … matière), on dit que l’être n’existe pas et l’on extrapole encore davantage en disant que la conscience qui n’existe pas matériellement construit l’image du réel qui donc se trouve exister purement sous forme onirique au sein d’un être qui n’en est pas un, contredisant presque avec arrogance l’expérience individuelle.

Et la science cette science qui façonne la société s’appuie sur ses propres arguments pour dire que l’objectivation atteinte par ses progrès du XXe siècle fait d’elle une discipline difficilement contestable (entendu d’Etienne Klein à la radio). Ainsi plus elle avancera, plus elle aura de poids pour se justifier elle-même. Tout ce qui n’est pas de son fait, n’entre pas dans son créneau, toutes les tentatives de voir autrement, par elles et bientôt, tout cela finira taxé de pseudosciences, quand bien même il y aurait là des trésors en germe !

Devient-on aveugle à ce point de ne plus pouvoir avoir confiance en nous pour construire un monde (ensemble de sociétés humaines) ? Jusqu’où a-t-on besoin réellement de toutes nos machines qui dissimulent le Réel au profit du virtuel ? Ne nous dissimulent-elles pas petit à petit ce que nous étions encore capable de percevoir avant elles ?

La compagne des machines, l’usure, la course au ‘mieux’, au ‘plus’, au ‘moins gourmant à consommer sans modération’ (!…), fait place nette petit à petit de nos liens avec la lenteur affable de la nature. Et si la nature s’en offusque, nous sommes loin de le voir ainsi. La nature blessé ne nous importe pas, ce qui nous importe c’est notre emprise sur elle, c’est le maintien de nos conforts acquis par le biais de nos machines.

Et voilà que l’obsolescence programmée arrive. Elle s’impose, augmente la hauteur de nos déchets. L’obsolescence nous donne le rythme, l’obsolescence mène la danse de la société comme un chef d’orchestre impitoyable qui veut nous faire croire que la musique est dans son coup de baguette ! Tout cela au détriment de la nature qu’on nourrit de déchets ! Devenons attendre son épuisement pour se dire il est temps de faire quelque chose ?!!!

Devons-nous compter sur les laboratoires de recherche et les industries pour imposer le rythme de nos sociétés ? Ces merveilleuses et prometteuses molécules synthétiques, voire maintenant biosynthétiques, véritable Golum en croissance, molécules que l’éthique n’ose plus empêcher d’avancer, sont-elles le phare de notre devenir ?…

Comment peut-on penser qu’en nous entourant d’un confort technologique, et technomédical, nous allons rosir notre avenir ?

Où résident les aspirations humaines : dans les lobbies et autres trusts qui affichent en 4 par 3 leur promesse de période bleu ? ou chez les ‘citoyens’ ?

Qui plus que d’autres a la possibilité de dire « voici la voie » ?

Qui peut fonder « l‘éthique de la société » ? L’industrie, la politique, autre ?

Les aspirations humaines sont-elles seulement  chez les politiciens intègres (oublions les autres) ?

Les écolos ou les éconos peuvent-ils modeler le monde selon leurs seuls principes ?

 

De quoi sont faites les sociétés ? D’enfants, de femmes et d’hommes et qui aspirent à un avenir agréable, ensemble ou pas. Rien de plus.

L’hégémonie affichée par certaines couches sociales est souvent par trop prétentieuse. Mais si l’on considère le laisser-aller ou l’acceptation passive d’autres, alors on comprend que les uns prennent l’aval sur les autres, cela fait partie des lacunes humaines à surmonter. Or entre les uns et les autres, il y a toute une frange des populations qui n’a ni l’esprit rebelle, ni l’esprit envahisseur, ni l’esprit mouton et qui généralement tend à organiser sa vie entre celle qu’imposent les uns et celle qu’acceptent les autres.

C’est avec cette frange que la science de demain doit sans tarder construire un monde plus équilibré. Dès aujourd’hui elle doit concerter pour pouvoir élaborer…

De quoi est faite la science ? D’impulsions qui naissent dans les êtres qui forment les sociétés humaines. Des gens qui ne sont pas étrangers à la vie qu’ils mènent et qu’ils font mener à leurs congénères. Mais alors pourquoi tout ne va-t-il pas mieux ? Sommes-nous vraiment seuls à gérer ce monde qui nous porte et qu’on sait modifier ?

Non, nous ne sommes pas seuls. Oh, point besoin d’aller chercher sur d’autres planètes des êtres supérieurs à nous en technologie ; non, tout est là sous la forme du serpent économique qui glisse ses promesses, tout est là sous la forme des monstres pouvoir et puissance qui imposent leur rythme, tout est là sous l’égide de la bête-maître dont une tête se pare de la couronne de la cupidité et dont l’autre tête de l’égoïsme, s’affectionnant elles-mêmes, refusant de voir les choses en face !

 

Qui sont, où sont ceux qui décident de l’allure à donner, du modèle de société ? Ils responsabilisent avec pédagogie les populations en leur apprenant les écogestes. C’est bien ; mais à côté des belles intentions qu’ils affichent pour modérer l’allure industrielle polluante, il y a l’autre face de la réalité, celle qui veut que pour arrêter de polluer il faut que la compensation économique soit plus grande que ce que les conditions actuelles permettent. Si les ambitions sont créatrices d’emplois, les états disent oui. Si les bénéfices envisageables sont prometteurs, les industriels disent oui.

Certains plaident pour la décroissance, ils touchent au point sensible du moteur du monde actuel, à ce qui se trouve souvent juste à côté du cœur dans un étui de cuir… Et la peur de manquer apparaît, on crie à l’utopie, on évoque un écroulement programmé du système mondial qui sans carburant monétaire croissant mènera les sociétés à leur perte…

A notre sens la solution n’est ni chez les politiques qui gèrent les moyens, ni chez les industriels qui créent des moyens, elle se trouve dans l’ardeur de ceux qui croient qu’il est possible de penser autrement et qui sont décidés à tout mettre en œuvre pour faire valoir des améliorations techniques dont la couleur se reflètera dans les espoirs profondément humains, les aspirations humaines les plus nobles. Et ceux-ci sont partout : chez les politiques, les industriels, les chercheurs, les citoyens ou les sujets, sans distinction de couleurs ou de forme du visage, ils sont dans toutes les cultures, sous toutes les latitudes.

Il y a les forums économiques, les G 20, 8, 5, 3, et à côté il y a les 7 milliards d’êtres humains et une seule humanité avec des intentions, des volontés, des espoirs ; il y a les sommets de la Terre…

Nous devons cultiver une pensée nouvelle, une mathématique du 1 = 1 + 1 !

 

Science et Société (II)

Aujourd’hui nous citerons  René Huyghe dans un texte sur les travaux d’André Faussurier (vous pouvez retrouver l’intégralité du texte sur le site de l’association ScIence). Cela date un peu quant à l’écriture mais c’est dramatiquement toujours d’actualité !

L’histoire de la pensée ne suit pas un développement au cours continu. Elle connaît, en fait, une succes­sion de phases qui s’enchaînent à la manière des générations. Une façon de penser surgit : elle est d’abord parée de sa jeu­nesse et profite, pour se propulser, de l’usure et de la lassitude de la phase précédente. Elle conquiert peu à peu sa maturité, s’impose, s’épanouit, démontre la richesse de ses ressources. Puis la vieillesse arrive comme pour les êtres, et avec elle la répé­tition, la sclérose, l’académisme : de promotrice, elle devient obstacle. C’est alors que commence à s’exercer sur elle la lente poussée d’un autre mode de penser, neuf, jeune, qui peu à peu l’écarté, l’élimine, pour régner à son tour — et lui aussi jusqu’à saturation, épuisement, lassitude. Le rythme est familier à l’his­torien d’art, qui voit, sans cesse, alterner, se remplacer, s’exclure les convictions esthétiques fondamentales pour ne rien dire du goût, si instable, si passager…

Il faut être attentif à ces phases de transition, où la main va passer, où la succession s’ouvre. Car, obéissant à l’appétit inné de l’homme pour la fixité, l’établissement, on voudrait toujours s’installer dans l’acquis. Mais la vie est là qui, impa­tiente, nous pousse… Or tout semble indiquer que nous entrons dans une de ces zones de mutation profonde. Je ne parle pas de cette « remise en question » des principes les plus établis, à laquelle l’art contemporain, ainsi que la littérature, nous ont accoutumés comme à un sport à la mode, mais d’une sorte de glissement de terrain plus profond, donc moins visible et plus essentiel.

La crise actuelle

Obéissant à ce rythme de l’histoire, le mode de penser qui s’est imposé au XIXe siècle et qui, après avoir été un instrument de progrès, est devenu un frein, un obstacle à une nouvelle étape — ce mode de penser, qu’on a accepté comme une évi­dence et qu’on a jugé universel, commence à avouer les limites du champ auquel il s’applique.

Quel est-il ? Ne voulant connaître, avec une conviction exclusive, que du domaine de la matière et de la science physique qui l’explore, il y a obtenu des triomphes qui ont modifié les conditions mêmes d’existence de l’homme ; il a entraîné tout le XIXe siècle dans l’ivresse du « progrès » et de sa marche qui, déclenchée, allait, croyait-on, devenir constante et irrépressible. Le XXe siècle, sur la lancée, a multiplié cette réussite dans tous les domaines, depuis la connaissance théorique jusqu’à l’appli­cation technique, au point que la vie de l’homme, son confort comme sa puissance sur les choses, n’ont plus de commune mesure avec la longue suite des siècles antérieurs.

Et pourtant, ce même XXe siècle s’achève dans le sentiment d’une profonde insatisfaction, dans la déception, et même dans l’angoisse. Devant les menaces qui s’accumulent devant lui, il se sent bien loin de l’apothéose humaine qu’annonçaient des prophètes comme Hugo. Il lui a même fallu, pour traduire son malaise, jeter dans le langage le terme de « frustration », inconnu hier, et si usuel aujourd’hui qu’il a l’air d’incarner notre temps.

Et nous commençons à comprendre pourquoi. C’est que ce mode de penser qui, par sa parfaite adéquation au domaine physique, y a permis une chaîne exaltante de réussites, a commencé à avouer ses limites, puis ses carences, quand il a fallu ouvrir les yeux et admettre que la réalité n’est pas consti­tuée exclusivement par la matière inerte, et même par la matière telle que nous la rencontrons à notre échelle, la macro-échelle.