Archives mensuelles : mai 2013

Obscurantisme scientifique

Tourmente sur l’Université Interdisciplinaire de Paris : voir http://www.staune.fr/Voyage-au-coeur-de-l-obscurantisme.html* qui date un peu je pense bien qu’il ne soit pas daté (ou bien cela ne saute pas aux yeux…),  il soulève des points capitaux quant à l’avenir de la science.

[* Sous ce lien vous trouverez un article intéressant écrit par Jean Staune de l’IUP.
L’Institut Universitaire de Paris est une association présidée, à l’heure où j’écris, par Jean-François Lambert, Trinh Xuan Thuan en est le Vice-Président et Jean Staune, le Secrétaire Général.]


Ce billet n’est pas pour polémiquer sur l’article, son texte est intéressant, mais il montre bien où en est une science qui souffre.

Bon, il est un peu Œil pour oeil, Dent pour dent pour rester dans une paraphrase qui plaira à son auteur qui n’hésite pas à reprendre d’autres paroles : » Darwin, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » !!!…

Jean Staune plaide à travers tous ses écrits pour que les laboratoires ne restent pas fermés sur eux-mêmes et considèrent le monde sous un autre angle que celui en cours jusqu’à présent. C’est bien, mais si J. Staune propose de s’ouvrir, il l’entend dans un cadre qu’il veut garder volontairement fermé, protecteur d’une éthique peut-être, d’une doctrine sans doute…

Citons : « Tous nos intervenants sont universitaires, chercheurs au CNRS ou faisant partie d’un organisme officiel. Certes certains d’entre eux présentent parfois des idées novatrices qui n’ont pas encore reçu l’aval de la communauté scientifique : cela fait partie du rôle de l’UIP. Mais il s’agit toujours de cas isolés.»

J. Staune est une sorte de figure de proue relativement médiatique [1] du nouveau paradigme (« il faut penser autrement« ) et ses intentions sont donc louables ; l’association scIence que je préside a même cru possible d’avoir un soutien de la part de son institut il y a bientôt 4 ans car nous nous retrouvions dans une large part de son discours.
Après sa première réponse totalement fermée, il a avoué ne pas aimer les chercheurs indépendants, façon directe de nous claquer la porte…

L’IUP, dont il est le président, veut incarner une nouvelle façon de voir, c’est sa ligne et je n’ai rien à y redire, je pense qu’on est nombreux à en être à ce point. Et finalement, je ne suis pas mécontentent de son refus à notre égard car l’article ci-dessus mentionné et d’autres m’interpellent sur ce que veut la science d’aujourd’hui, cette science qui déchosifie le matérialisme en le rendant quantique pour rester dans l’unicité de sa pensée.

J’aurai alors juste 3 questions totalement ouvertes à poser à l’ensemble des scientifiques (indépendants, dépendants, convaincus, isolés, bleus, verts, courtois, vindicatifs, etc…) :

  1. Cette nouvelle façon de voir espérée peut-elle véritablement partir de là où on en est ?
  2. Pourquoi caution serait-elle à donner à une science purement académique ?
  3. Ne doit-on pas (accepter de) faire table rase avant de regarder autrement ?

Bon mois de mai

Patrick Roussel

PS : je tiens à disposition pour ceux qui le veulent une version numérique de la suite de mes articles sur Académisme et Paradigme (un petite quinzaine de pages A5). Envoi par mail (format liseuse ou pdf imprimable) sur simple demande accompagnée d’un chèque de 4 €.

[1] Écouter l’émission d’Europe 1 du 14 décembre, débat sur sur les expériences de mort imminente avec la participation de Didier van Cauwelaert (écrivain), Sonia Barkallah (réalisatrice) et le médecin- anesthésiste Jean-Jacques Charbonier : http://uip.edu/video/jean-staune-sur-europe-1 [retour texte]