Archives pour la catégorie espace-temps

Le double courant du temps (II)

Suite de Le double courant du temps (I)

Le double courant du temps

Il nous faut cheminer vers ses arrières-plans qui nous tirent de l’avant… L’histoire s’écrit parce qu’elle s’inscrit, et comment pourrait-elle s’inscrire si elle nous portait vers le futur, c’est-à-dire si l’humanité n’avait pas une quête disons « supérieure », une ambition au-delà des faits concrets, des faits réalisés qui nous font croire à la réalité.

Le futur ne s’invente pas : il se concrétise dans le présent. Est-il inconcevable ?

Notre seule possibilité est d’être à l’écoute attentive dans nos actes ou dans les faits que nous étudions pour pressentir quelle direction nous est indiquée par un au-delà. Voyons cela.

Le futur qui par définition n’est pas réalisé n’est pas une réalité. Le futur dans le pire des cas reste une hypothèse, et dans le meilleur, c’est une ouverture. Cette ouverture du Réel sur un Espace-Temps [*] non encore devenu réalité ne peut se concevoir au sens commun du terme, c’est-à-dire sous forme de pensée représentative ou conceptuelle. Lire la suite

Le double courant du temps (I)

Un matin j’entends Régis Debray quelques seconde. Il parlait d’histoire. Et tac, ça me tombe dessus :

Comment aller vers l’avenir si on pense que c’est le simple enchaînement des faits qui nous porte en avant ?

En fait j’ai toujours pensé le contraire depuis que je pense par moi-même. C’est une évidence, pas la peine de l’évoquer. Et voilà le flash ! Mais si ! Il faut en parler.

Est-ce possible que la chaine se construise d’elle-même avec toujours des maillons différents ?  »Qui » pense le maillon suivant ? Est-il prédéterminé ?…

L’histoire se construit avec le présent, ce que vivent les sociétés ou (et) leurs dirigeants. Mais tout ce monde-là vit individuellement sa propre vie et c’est le mélange des impulsions (plus aisées à produire par les dirigeants qui possèdent l’outil législatif) qui oriente progressivement ce qu’on appelle le progrès d’une part et le développement de l’humain d’autre part (les deux choses ne bien évidemment pas à confondre). Lire la suite