Archives pour la catégorie science

Des 7 portes du monde physique à l’intention du mouvement

(article hors notes et titres : env. 1500 mots, lecture 7-9 minutes, article inspiré par celui de sciences et avenir n°861, le Big Bang des unités de mesure)

Les 7 portes…

La masse, la longueur, le temps, le courant, l’éclairement, la chaleur et la quantité de matière définissent les critères mesurables du monde physique. Tout est là ! On n’en a pas encore découverts d’autres.

Ou plutôt : tout serait-il là ?!!!

Aucun de ces critères ne concerne le milieu vivant qui actuellement n’est pas reconnu en tant que tel. Le milieu vivant est un milieu autonome qui s’appuie sur le physique dans sa manifestation. Il en est séparé (parallèle, conjoint, adjoint, sécant, etc.), voire il pourrait englober le milieu physique, peut-être même le porter… Le physique est peut-être lui aussi légèrement ouvert au vivant comme semble nous le faire penser les expériences faites dans le cadre de l’association scIence.

Pour l’heure, la science académique ne (re)connaît que le versant physique du monde, et elle le connaît joliment, savamment, nous ne pouvons que louer ses efforts pour en percer les détails.

 

Mais réorganisons les critères, ces sept clés que cette science du physique a su cerner et isoler :

    • courant
    • quantité de matière
    • masse
  • temps
    • longueur
    • chaleur
    • éclairement

Quelle différence avec la première liste me direz-vous ? Dans l’absolu des mots et des noms, effectivement, hors un aspect alphabétique, on peut les mettre dans tous les désordres possibles. Mais là cette liste dans la suite où elle est proposée possède un aspect révélateur du vivant…

Là on se dégage progressivement de la matérialité. Évidemment le temps semble peut matériel, pourtant il convient comme nous allons voir de le placer ici, entre les deux autres trios.

Le premier trio s’adresse à la matière in situ avec plutôt un côté obscur, fermé, dense, centré sur lui-même ; le dernier trio parle de l’espace avec un aspect plus lumineux, ouvert, léger dans le sens où tout se détache de la matière pour tendre plus spécialement vers la périphérie. Matière et espace sont reliés par le temps…

On me dira volontiers que c’est n’importe quoi, que c’est infondé, que c’est arbitraire et non structuré (et que je n’ai aucune autorité reconnue et validée pour affirmer cela…), je ne contredirai pas, c’est inutile car il est trop difficile dans ce monde d’exprimer des idées nouvelles… Et je m’en moque… l’important étant de les exprimer au moins pour ceux qui sont ouverts, peuvent s’affranchir de leurs modèles et entrer dans une critique constructive.

On pourrait donc aussi se dire : c’est remarquable ! La nature est bien faite… Voilà de quoi réfléchir !

Car qu’en serait-il de la nature si tout cela, tout ce que nous avons su lire chez elle, n’était pas cohérent ? Si les critères que nous avons su fondamentaliser étaient disparates, anarchiques, ne pourraient-ils pas être aussi anecdotiques, fantaisistes ?

On pourrait alors poursuivre le discours intérieur de la manière suivante : Alors qu’on plébiscite par ailleurs le temps comme un produit dérivé de l’espace [1] on me parle ici de lui comme d’un élément central, un pivot, éventuellement structurant ! Voilà sans doute un sérieux point d’ancrage vers le vivant chez qui indubitablement je perçois son rôle fondamental…

Pourquoi alors cette place centrale pour le temps au cœur du milieu physique, un temps qui me semble être bien autre chose qu’un épiphénomène ?…

À propos du mouvement.

Rudolf Steiner dans l’une de ses conférences tente de montrer qu’il est injuste de dissocier le temps de l’espace comme on le fait pour parler de la vitesse. Je ne vais pas ici redonner ses paroles, il suffit d’entrer dans la teneur des cycles Lumière et matière, Chaleur et matière, et Science du ciel, science de l’homme pour commencer à se saisir de la chose. Pour ma part j’en suis arrivé à établir que la réalité c’est le mouvement, c’est le point de départ. Du fait du mouvement effectué forcément avec une certaine célérité, on établit un rapport de proximité entre dimensions spatiale et temporelle (il faut un temps T entre le début et la fin du mouvement, et entre temps… on a parcouru une certaine distance D vitesse V= D/T, cela nous apparaît dans le raisonnement mais ce qu’on va saisir en premier c’est bien la vitesse).

On rapporte effectivement la distance au temps sous l’effet de la vitesse mais ni l’un ni l’autre n’ont quoi que ce soit d’absolu, ils dépendent chacun du mouvement effectué avec sa célérité propre.

On parle ici de mouvement pur, de geste. Mais dans le monde physique un mouvement ou un geste doit être manifesté dans et par la matière. Dans le monde physique, c’est une masse M en mouvement avec une certaine vitesse V (cette masse peut éventuellement laisser une image de son passage dans une autre masse de matière sous forme d’une opposition au déplacement). Il convient donc de faire apparaître la masse et sa vitesse dans une autre équation. C’est ce qu’on concrétise mathématiquement sous forme de quantité de mouvement (sic) P = M.V.

La quantité de mouvement qui est un concept assez obscur d’un certain côté (au lycée par exemple…) peut devenir très parlant de l’autre (ici par exemple). En combinant nos relations on peut représenter P sous la forme P = M.D/T faisant apparaître les trois critères du pivot de notre liste réorganisée : la masse et la longueur sont rapportées au temps. Et la réalité, c’est la quantité de mouvement P qui est fondamentale [2] comme précédemment nous avions la vitesse.

Et ce qui est intéressant au-delà de ce dessin préfiguré dans notre liste c’est de se demander mais qu’est-ce donc qui crée le mouvement qui va être quantifié.

Qu’un big bang ait été à l’origine des mouvements planétaires, pourquoi pas, mais si l’ensemble mis en mouvement d’expansion s’est mis en mouvement maintenant inerte (il continue sur sa lancée), c’est que cet ensemble était déjà en mouvement intérieur (échange calorique, chimique, nucléaire comme de gigantesques tripes ou quelque chose de plus subtile puisqu’on dit qu’à l’époque rien de ce nous connaissons n’existait sous la forme connue) car sinon il n’y aurait eu aucune raison que la situation, en tant qu’objet inerte donc, changeât.

L’intention du mouvement

Personnellement, je ne suis pas allé voir du côté du Big Bang et je n’arrive pas à concevoir ce que j’ai entendu un jour de la bouche d’un chercheur du CERN à l’époque « mais Monsieur, nous au CERN, c’est tous les jours que nous le voyons le Big Bang »… On ne croit à la limite pas ce qu’on voit, mais on croit ce qu’on imagine… Bref !

De mon côté donc, quand je regarde le vivant je vois ça : la vie et sa mobilité intrinsèque, et la mort quand ce qui met en action s’absente, se retire, s’échappe, se perd. Et je me demande pourquoi l’objet physique résiduel ne bouge plus… ni dedans, ni vers le dehors. Quid des fonctions vitales ? Quid des choses à faire ?…

Rien dans le chemin de la mouche à la surface du mur en quête de quelque trou pour faire ses petites affaires ou de quelque chose à grignoter ne relève du monde physique. L’intention de la mouche n’est pas de ce milieu, mais d’un autre, peut-être même d’au-delà du milieu vivant, milieu plus apte à garantir les fonctions vitales comme le milieu physique garantit la stabilité des substances organiques ou les jeux de leurs rencontres que la justification des actes : quelle est l’intention de ses mouvements ? Quelle est la quête entreprise pour agir ainsi ?

Et, c’est sans doute pénible, mais pour l’heure, ce milieu vivant au moins n’a pas l’air d’accepter lois et équations sinon notre force mathématique y aurait déjà ouvert une brèche… Le chemin de la mouche m’échappe. Son origine et son but ne sont pas dans la mouche physique qui se meut dans l’indifférence de ma présence observante mais ils appartiennent à la mouche (en ou hors d’elle), un milieu qui m’échappe à moi, même si je peux constater l’activité de ses pattes, ses envols, ses toilettage, etc..

La question de la place des mathématiques

Contrairement à ce qu’affirme une sentence bien connue, je ne pense pas que le monde soit mathématique… Certes, on utilise les mathématiques comme une sorte de support à notre jugement dans tout ce qu’on peut quantifier, elles sont un modèle pour l’intellectualisation, et pour le milieu physique elles sont l’outil parfait que pouvait façonner notre intelligence cognitive.

Mais quid de ce qui ne se laisse percevoir que sous forme qualifiable, en terme de qualité ? Comme la vie ? Et bien plus loin encore, la beauté, la générosité, l’amour ?… Peut-être qu’en inventant d’autres mathématiques bien plus ouvertes aux aléas nous ouvririons de nouveaux modèles représentatifs, mais rien n’est moins sûr !

 


NOTES

Note 1
Ce qui est de part et d’autre du signe égal possède même quantification en valeur, c’est vrai en arithmétique, mais juste là. Dès qu’on brasse des unités même identiques de part et d’autre du signe égal, il en va autrement.

J’avais l’habitude de demander à mes élèves si véritablement 1 x 100 était la même chose que 100 x 1 comme ça ou en se disant qu’on parle d’argent : euro, francs, livres etc., peu importe. Les moins vifs voyaient le même montant et les autres la conséquence dans leur poche ou leur porte-monnaie…

On apprend la commutativité de la multiplication… C’est bien, et c’est intéressant, mais ce n’est valable qu’en mathématique, avec les nombres pour ce qu’on sait faire d’arithmétique avec eux. Même avec des salades on marchandera différemment pour un lot de 20 salades destinées à un restaurant et 20 jours à prendre une salade en tant que particulier… Les deux auront pourtant bel et bien mangé 20 salades ! 1 x 20 salades ≠ 20 x 1 salade la preuve est dans l’accord grammatical… [Retour]

Note 2
C (célérité de lumière) = distance (longueur)/temps (mis à parcourir cette distance). C’est ainsi qu’on définit une vitesse (V = L/T). Mais ici la célérité luminique est une constante engendrée par deux variables pour peu qu’on lise l’équation de droite à gauche. Ainsi cette constante peut aussi une justification de la longueur parcourue pendant un temps T :
L = c.T
d’où la définition de l’année lumière qui est en fait une distance parcourue (9 460 730 472 580 800 m) par la lumière à sa vitesse (299 792 458 m/s) en une année julienne – donc terrestre (31 557 600 s).

Le temps est ainsi engendré par une réalité spatiale découlant de l’absolu luminique. Ce qui compte et importe, et fait du temps une 4e dimension de l’espace, c’est ce rapport. Il y a les trois dimensions (x, y et z), orthogonales entre elles et une quatrième qu’on appellera c.T.

Oh, il est difficile de placer ce temps dans le monde physique consensuel dont les trois dimensions de l’espace radical ne laisse aucune place pour insérer une autre dimension spatiale. Par contre il est facile à prendre en compte mathématiquement puisqu’on sait jongler avec n dimensions sans trop de problèmes (cf. note 1).[Retour]

Share Button

GOLIATH contre David

À qui appartient la science (avec un petit « s ») ?

ou

Hahnemann n’était pas Galilée…

L’un était-il plus ou moins sincère que l’autre ?

L’un a-t-il cherché à manipuler plus ou moins les académies d’alors que l’autre ?…

Même s’ils ne sont pas opposables, qui avait raison plus que l’autre ?

Et si l’on avait suivi l’un plutôt que l’autre ?

Bonjour à vous,

J’entends quelque chose qui me scandalise et va tout droit dans le fil d’un précédent article de ce blog (Sciences VS Pseudos Sciences) : une quinzaine d’académies européennes et plus largement se sont réunies pour décréter que l’homéopathie non seulement était inefficace mais aussi que ce n’était pas une science mais une pseudo science ! Lire la suite

Share Button

Sciences VS Pseudos Sciences

Temps de première lecture : env. 12-15 minutes (sans écoute de l'émission ni lecture de la page liée.

A lire en préambule : Émission sur France Culture à propos des pseudos sciences.

émission « La méthode scientifique » du 07/09/2017 par Nicolas Martin

Pseudo-sciences : les raisons du succès

Avec Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris Diderot, et membre du comité de parrainage scientifique de la revue “Sciences et Pseudo-Sciences” et Henri Broch, professeur de biophysique théorique à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, fondateur du laboratoire de zététique de l’Université de Nice.

Suite à l’écoute de cette émission, je me dois de réagir.

Prenons en compte le paragraphe d’accroche de la présentation de l’émission. On nous dit in extenso :

C’est parce qu’Isaac Newton a formulé sa théorie de la gravitation qu’Einstein a pu la réfuter pour proposer sa théorie de la relativité. C’est grâce à ces théories, entre autres, couplées à celles de la thermodynamique, que nos civilisations ont pu envoyer des satellites pour observer l’espace, ainsi que la Terre. C’est également grâce aux progrès spectaculaires des mathématiques et de l’informatique que nous avons, grâce à ce réseau satellitaire, en permanence un accès inépuisable à l’information, et à la connaissance du monde. Et c’est grâce à cette longue histoire de progrès scientifique que fleurissent et se répandent, aujourd’hui sur internet, les théories les plus obscures, de la Terre plate au créationnisme. Va comprendre.

Oui, effectivement, va comprendreLire la suite

Share Button

17 + 7 = 6 x 4 = (666 – 18)/27 ou la preuve par les math.

Un peu d’arithmétique ne fait pas de mal.

Il va de soi que le titre de cet article n’a rien d’exhaustif. On peut inventer à l’infini (au sens vrai du terme) des calculs qui donne 24, même des très compliqués si on veut s’en donner la peine.

Maintenant observons une autre chose, par exemple, une évocation de Pythagore :

« Tout est nombre. »

Ainsi les nombres seraient le principe des choses, de l’harmonie universelle. Nous voilà bien avancés… Même Disney en parle à travers une expérience initiatique de son Donald de 1959, et le web (bâti sur les nombres souvenons-nous) aujourd’hui ne tarit plus sur le sujet de la magie des nombres et de la preuve par l’image. Mais ce dernier fait remonte bien au-delà du web…

Cette magie des nombres possède en effet un très haut potentiel de séduction pour peu qu’on regarde les nombres comme quantité seulement c’est-à-dire sous une forme qui en est la manifestation basique : 1 est le premier entier, c’est l’unité, la pulsation, et 2 devient subitement stérile si on ne le prend qu’en tant que somme de deux unités entre elles et ainsi de suite avec 3, etc. Lire la suite

Share Button

Vers un monde moderne

À l’issue des 3 articles précédents* mettant  en cause l’apparence de modernité de notre époque, il me faut mettre la pendule à l’heure pour décrire comment aller vers l’étape que je qualifie volontiers de post-matérialiste.

Après le XIXe siècle qui s’interrogea sur le sujet, le XXe siècle commença à découvrir l’intime de la matière, et en ce début de XXIe il est clair que nous sommes allés jusqu’à dématérialiser cette même matière, qui n’est plus que le fruit d’ondes électromagnétiques. Nous vivons dans un monde de plus en plus dématérialisé mais sans rien mettre à la place qu’une sorte d’impondérabilité sans arrière-plan, sans densité constructive autre que pseudo-mécanique, une densité quantique.

Alors je pose la question : comment peut-il encore évoluer ? Je parle bien de l’humain bien sûr, et pas de sa technologie…

Notons bien que j’évoque une question « comment » et non « pourquoi » (vu que la cause est dans sa nature propre de l’humain !) et non plus vers quoi (nous verrons plus loin…). Pour autant que l’on puisse répondre à cette question, il faut au moins poser quelques postulats :

  • l’humain est un être d’évolution qui passe son temps à s’évader des conditions naturelles,
  • l’humain (et le vivant en général) n’est pas que la somme des molécules qui en composent sa nature physique apparente,
  • l’humain est capable de se différencier du monde environnant (sentiment du « je », appui sur sa capacité à reconstruire le monde sous forme d’image indépendante de l’environnement perçu strictement : imagination, fantaisie, créativité, etc.), l’humain peut se mouvoir dans son monde intérieur.

Si ces postulats sont vérifiés intérieurement déjà, il va de soi qu’un bout du chemin vers le comment d’une modernité de l’humain peut se dessiner. Lire la suite

Share Button

Évolutionnisme ou Créationnisme ?

À la vue de deux articles de Sciences et Avenir, magazine de vulgarisation scientifique, parus coups sur coups

j’ai un peu envie de réagir dans un débat :

intégrisme vs intégrisme.

Voilà que coup sur coup on voit se rebeller un dinosaure face à un alien si vous me permettez cette métaphore.

L’obsession d’une déstabilisation hanterait-elle l’orthodoxie scientifique ?…
Ou alors la hantise de la persécution&nbsp?…

Ou encore la crainte d’un retour de bâton mal ciblée de la période où on brûlait les sorcières (oui juste des femmes !), les hérétiques c’est-à-dire toute une clique (hommes et femmes cette fois) qui allait « contre » la sacrosainte science, euh, église catholique alors régnante ?…

LA Science (oui, j’ai mis 3 majuscules) pense tout savoir parce qu’un chercheur a eu un jour l’idée d’être le créateur d’une expérience où il a créé des molécules appelées acides aminés.
Ces acides sont présents dans les protéines qui sont présents dans les cellules du monde vivant.
Sans être du tout adepte du créationnisme… je ne le suis pas non plus de l’évolutionnisme tout aussi abrancadabrantesque.

En gros pour faire court disons que les évolutionnistes sont des doctrinaires qui s’opposent à la doctrine créationniste qui plaide de son côté pour une intervention divine en déphasage avec les conclusion de la lecture logique de l’histoire géologique de la Terre (et même du cosmos).

Disons encore, et pour faire court une seconde fois, que les uns (allez, prenons les créationnistes cette fois) ont du mal avec le temps et s’appuient surtout sur les convergences de textes religieux et la complexité des êtres créés et que les autres, qui nient toutes hypothèses d’un fondement religieux quelconque, voient la vie comme une création (zut le mot est lâché, je suis désolé de l’employer ici mais je ne vois pas comment faire autrement), une création donc du matériel.

En gros (et pour en finir avec faire court) :

  • Les uns pensent que Dieux (qu’est-ce ? Mystère…) a fondé la nature.
  • Les autres pensent le stérile a fondé le vivant.

Évolutionnisme ou Créationnisme ? That’s the question…

Est-ce une alternative ? Un manichéisme ???

En fait rien n’empêchant un croyant de faire de la science est de valider les idées évolutionnistes mais il est difficile de penser qu’un incroyant puissent accepter la moindre idée créationniste… L’un n’est pas le négatif de l’autre.

Pour comprendre notre histoire (car en fait la question du débat est juste celle-ci),

  • faut-il s’appuyer sur la logique temporelle des apparences et la logique cognitive de l’enchainement des faits et causes propre à une science matérialiste (bin oui, c’est le  cas) et réductionniste (rebin oui, c’est la conséquence du matérialisme) ?
  • ou faut-il se contenter d’élargir à peine le moment présent à partir de l’interprétation des Écritures dites saintes sans tenir compte des apparences géologiques[1] ou de la perspicacité tout à fait honorable d’une science capable de décortiquer la moindre chose jusqu’à son plus ultime atome, voire même ce qui est en-dessous de cet atome ?

N’y a-t-il pas une troisième voie ?

Pour votre serviteur le travail de la science matérialiste est absolument magnifique (même s’il n’en suit pas forcément les conclusions qui, elles, sont du ressort de l’interprétation dans un cadre limité dès le départ). Par ailleurs, ce même serviteur travaille sur lui, travaille à connaître ce ‘je’ qui n’a rien à voir avec un autre je et qui pourtant, dans l’apparence, est semblable à environ les 7 milliards d’autres je (pales, foncés, gros, petits, estropiés, caractériels, obtus ou ouverts, pervers ou saints, toujours ou jamais en bonne santé, riches ou pauvres, bleus ou oranges, etc.).

C’est une évidence qui devrait être la première chose à postuler : entre le monde et les concepts qui le forment il y a un être, l’humain, qui a envie de faire le lien, il fait lui-même partie du monde et de ses concepts, mais il est capable de se couper du monde pour le percevoir avec sa conscience, conscience capable par ailleurs de relier des concepts pour créer des idées, concrétisables ou non dans la matière.

Cette troisième voie, entre créationnisme et évolutionnisme, postulerait que le vivant doit composer avec le matériel, et donc qu’à côté du milieu physique, ou plutôt avec le milieu physique, en concordance avec le milieu physique (la nature apparente, brute, instantanée) il existe un milieu vivant fort peu enclin à se laisser étudier par des « mécanismes » qui doit concilier ces propres forces (vivifiantes) avec les forces inertes de la matière, ou disons mieux, du monde matériel (le mot matière étant trop attaché au contexte des matériaux : dense, pesant, tangible). On a pour l’instant juste un mot valise pour comprendre ce milieu : la vie.

À partir de ce postulat, on peut relire la géologie… et aussi bien d’autres domaines.

La belle idée. Merci Darwin.

La moche idée peut-être bien… (merci le darwinisme).

Parce que le monde n’est pas un choix entre noir et blanc (merci d’attribuer ces termes selon vos orientations intimes et respectables)… parce qu’il y a aussi la couleur[2] l’humain n’a aucune raison de limiter son expérience du monde, son expérience de vie !

A+.

On pourra aussi relire mon billet : Obscurantisme scientifique


NOTES

1 Les apparences cosmiques sont négligeables car elles sont purement théoriques : on n’expérimente pas avec le cosmos. []

2 Voici un sacré sujet à rouvrir en permanence. Pour moi qui tâtonne aussi dans la peinture, blanc et noir sont des couleurs extrémistes, le blanc est la couleur (matérielle) qu’on peu attribuer à la pleine clarté, et de même le noir sera celle qu’on peut attribuer à l’obscurité… (mais on dira, c’est de la peinture, pas de la science ; pourtant la peinture est bel et bien une expérience reproductible avec toujours les mêmes causes créant les mêmes effets… []

Share Button

Accueillir des phénomènes : une démarche artistique

Bonjour,

Voici un billet qui va mettre en avant un point important de notre protocole de laboratoire au sein de l’association scIence :

L’accueil du phénomène.

André Faussurier a commencé à utiliser ce protocole dans l’observation des phénomènes atypiques il y a plus de 50 ans… (il a 90 ans à l’heure où j’écris). Cela lui a permis d’être ouvert à bien des variations atypiques de phénomènes physiques reconnus pour être stables.

Si ne serait-ce qu’un seul cas est exceptionnel (par exemple si la pomme fuyait une seule fois la Terre en se détachant de l’arbre par exemple) alors ce cas serait à étudier avec plus de force qu’aucun autre. Évidemment il faut souhaiter que ce cas soit reproductible : au laboratoire de scIence nous travaillons sur des cas inhabituels mais reproductibles dans leur ‘inhabitualité‘.

Lorsqu’André Faussurier m’a parlé de l’accueil, ce fut tout d’abord comme si j’avais tout de suite « saisi » la chose puis j’ai compris après coup que c’était facile à accepter mais pas vraiment à comprendre, comprendre c’est-à-dire prendre avec soi pour faire quelque chose ensemble. Lire la suite

Share Button

humain (III)

Cet article est la suite de deux précédents que vous êtes invité(e) à lire avant…
Dans le premier il était présenté courtement la motivation du sujet (réouverture du musée de l’homme) et certains concepts se rapportant à la question du genre et à celle de l’animalité humaine.
Dans le second, on trouve des notions d’histoire et de temps.

Vue sur FaceBook

Mouvement sans mouvement (succession d’images…)

Le mouvement

Notre lien au temps est bien moins ténu qu’il ne peut y paraître de prime abord. Une petite réflexion sur la cinématique peut nous aider à comprendre cela. Lire la suite

Share Button

humain (II)

Cet article est la suite d’un précédent que vous êtes invité(e) à lire avant… il y était présenté courtement la motivation du sujet (réouverture du musée de l’homme, pourquoi pas musée de l’humain ?) et certains concepts se rapportant à la question du genre et à celle de l’animalité humaine.

Histoire de l’humain

Le musée de l’humain donc se justifie par sa mission : permettre d’en savoir plus non sur ce que nous sommes mais sur ce (que nous pensons) que nous avons été en rassemblant les données de la science sur le sujet. Commençons donc par regarder notre passé (enfin, ses traces apportées jusque dans notre présent et soigneusement immortalisées ou fortement ralenties dans leur dégénérescence matérielle).

Prêtons-nous juste à un petit jeu de logique (puisque c’est ce qui semble mener la science) en commençant par une observation des faits :

Je suis un humain, un homme même, qui descend d’un couple humain spécifique, couple constitué d’un homme et une femme qui étaient eux-mêmes chacun de leur côté humains, homme ou femme, qui descendaient de couples humains spécifiques constitués d’un homme et d’une femme qui étaient eux-mêmes chacun de leur côté etc. etc.. Lire la suite

Share Button

humain (I)

Le musée de l’homme rouvre ses portes. Au moins ce qu’on peut dire c’est que nos traces seront mieux mises en valeur…

Trêve de plaisanterie, je vais tenter le tour de force d’un billet de blog sur le thème de l’humain et du temps. [Ceci dit, cet article en 3 parties n’est aucunement critique envers le « MUSÉE DE L’HOMME » qui possède de nombreuses qualités, présente un remarquable travail et constitue un trésor pour l’étude de … l’humain.]

Pourquoi titrer « humain » alors que tout le monde dit l’Homme ?

On dit « Homme avec un grand H ». C’est un peu stupide, non ?…

Pourtant on a un mot tout fait :

humain

Bien qu’au masculin [on a un genre polarisé en français mais pas de neutre pour lier les extrêmes !], le mot « humain » désigne le caractère commun de l’homme (avec un petit h) et de la Femme (mettons-lui un grand F pour tenter d’eFFacer les siècles d’inFériorité dogmatique et doctrinaire).

[En fait c’est le mot « homme » qu’il faudrait changer pour tenir compte de la part masculine au sein de son tout humain comme on le fait avec le mot « femme » ; cela éviterait d’avoir un H majuscule, car même si cela fait noble pour nommer le genre humain, on n’a jamais de F majuscule pour Femme….

Ils et elles : personnellement cela ne me dérange pas du tout quand je suis dans un groupe de femmes et que l’animateur ou l’animatrice dit quelque chose comme : « mettez-vous toutes face à moi »… je ne me sens pas mal à l’aise et je crois même que je ne comprendrais pas qu’on emploie le masculin au titre d’une règle stupide. Je pense que dès lors qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans un groupe, et vu que le français ne possède pas de genre neutre, on devrait  »genrer » selon la majorité… (et si cette majorité est ambiguë, garder le masculin par habitude, ne tombons pas dans l’excès de tout réformer pour réformer non plus).]

HUMAIN possède un caractère adjectif et substantif sur lequel il est intéressant de jouer. Personnellement je n’utilise le substantif homme que pour parler de l’individu masculin inscrit dans la nature humaine vivant dans les individus formant l’humanité, individus qui sont tous (des pires aux plus saints) des humains. Lire la suite

Share Button