Christian Bobin et le logo de l’association scIence

Bobin, toujours Bobin. Le mot, l’idée qui voient juste. Christian BOBIN nous dit :

Mais là, cher Christian, je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous…

L’âme du monde devenu civilisé fuit ces lieux où le sclérosé, le synthétique, l’artificiel, le mensonge, l’égoïsme, (la liste est longue …) veulent la piéger. Elle se réfugie dans les valeurs chaudes d’amour d’ouverture, d’accueil, de bonheur partagé, de douleur soutenue, d’empathie, de regards riches, de joie, (la liste est encore plus longue).

La nouvelle « espèce » (le mot race n’est-il pas à bannir ?) naît de ce qu’est devenue l’ancienne parce qu’elle prend conscience. Ceux que décrit Bobin qui a tout mon respect, sont la conséquence d’une plongée dans la matière, et dans l’oubli de la vie, de l’âme et de l’esprit. La génération de demain prend la relève, lentement… et même la planète l’y aide !

C’est pour ça que le logo de l’association scIence est comme il est. il est né lui aussi d’un logo créée par André Faussurier qui vient de nous quitter :

Ce CRESE, Centre de Recherche et d’Etudes Scientifiques sur l’Environnement, date des années 70 du siècle passé… Il a fonctionné au sein d’université catholique de Lyon, soutenu alors par Nature & Progrès et Denis Guichard en personne pendant une décennie (voir aussi cette page). On y parlait Environnement à une époque où les « écolo » étaient de doux rêveurs aux yeux de ceux qui détenaient et faisait la Science, et où les « écono » prenaient du grade en profitant de la reconstruction et des Trentes glorieuses !

Ce logo décrivait la voie négative d’un retour en arrière, et la voie qui nous perdrait si l’on continuait à plonger dans la matière en pensant que tout vient d’elle. Selon Faussurier l’écologie alors montante ouvrait sur des perspectives d’avenir plus intéressante. Et cette écologie ne pouvait trouver sa « matière » si je peux dire dire qu’en développant notre concept d’environnement (voir év. cette page) .

C’était à l’époque où l’écologie a commencé à se politiser (voir cette page avec une vidéo de René Dumont… c’était hier ! Qu’avons-nous fait VRAIMENT depuis ? Trop, suffisamment ou pas encore assez ?

Les trois propositions d’André Faussurier pouvaient avoir encore l’allure de choix. Le temps n’est plus au choix, maintenant on sait et on a fini par comprendre ! C’est pour ça que l’association n’a retenu que la volonté d’aller de l’avant vers un inconnu sur des bases prioritairement humaines dans le cadre d’une connaissance approfondie de la notion d’environnement.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *