Divin chaos

(Les liens  ouvrent une autre fenêtre ou onglet selon votre navigateur)

(autre lien si celui-ci est brisé)

Ordre figé, harmonie mobile, chaos, harmonie mobile, chaos, ordre qui se fige.

Difficile de penser quand on fait cette expérience que le chaos ait pu sans autre donner naissance à l’harmonie du vivant.

Je ne parle pas d’un dieu…ici ce n’est que de la mécanique appliquée d’une façon artistique.

Mais ici ceux qui ont construit la ‘machine’ et donné l’impulsion du départ ont permis que tout se déroule comme prévu à partir d’une situation qui si elle n’avait pas été pensée n’aurait engendré qu’un chaos disons anarchique.

Harmonie

L’ordre est global, chaque boule suit son propre chemin selon la loi du pendule. Et c’est l’impression que nous tirons de notre observation qui est globale qui nous fait apprécier le mouvement. Cet émerveillement sur une expérience sollicite notre ressenti avant que la tête ne s’empare du fait de la répétition mécanique de pendules asynchrones entre eux et occulte l’Unité de ensemble pour décrypter l’unité disons unitaire.

Une harmonie nait d’actions, de faits qui vont ensemble. chacun pour eux-mêmes. Ainsi va un biome… jusqu’à ce que quelque chose brise les relations ou l’équilibre ici ou là peut au péril de l’ensemble. Il suffirait dans l’exemple de la vidéo que quelqu’un de mal intentionné frappe une boule ou pire la désaxe en se disant que l’ellipse aussi c’est joli et à étudier… (je vous laisse, cher lecteur, le soin de trouver des analogies plus concrètes).

Sans arrière-plan (certains l’appelleront Dieu) l’ordre harmonieux du vivant ne saurait avoir convergé vers sa position actuelle. Notre œuvre de civilisation actuelle n’est pas de continuer à plonger dans le matérialisme mais de soulever le voile pour comprendre (et pas expliquer, encore avant longtemps) le Vivant, en tant que ce qui ordonne la matière pour répondre à des lois non physique au sens matériel du terme. (C’est l’intention principale de l’association scIence).

Pour l’heure, l’important est de ressentir la beauté, et sentir en même temps là où se manifeste ce ressenti (oui c’est un peu tordu mais c’est un fait). Dans ce sentir de ce qui a ressenti vibre l’écho de ce qui a crée le ressenti, et pas de façon moins concrète que le penser qui a saisi une pensée. Mais la pensée se fige en image (plus ou moins) facile à exprimer alors que le ressenti est plutôt troublant…

La pensée se partage plus ou moins bien alors que le ressenti est individuel.

Penser du cœur et résonnance

Mais ce qu’on ressent est aussi ressenti par autrui et c’est le facteur commun, le support à  un penser du cœur (le penser est l’action de former des pensées) individuel. Ce penser du cœur est apte à résonner entre les individus et ainsi naîtront des pensées justes issues du tronc commun qui vibre en chacun… (à méditer car un développement littéraire serait plus ennuyeux que l’expérience à faire qui est très rapide : à plusieurs, laisser vivre en silence l’émotion face à quelque chose, se détacher de la chose et en parler (il ne faut alors plus observer, on revient plus tard à l’observation si nécessaire).

Mais souvenons-nous de cette expérience : l’ordre n’est qu’épisodique avant un chaos qui permettra de reconstruire un ordre…

Les dieux… c’est nous… autant dans notre responsabilité vis à vis ce qui relève du créé que pour les relations sociales.

Belle journée à vous.

Patrick R.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *