Le bon et méchant et les truands

La croissance : on ne voit que ça !

Quand va-t-on réaliser la stupidité de voir la nature comme puits de carbone possible à nos agapes dont la ressource est puisée au monde fossile ?

Non ! C’est vrai, faire du foin ou de la forêt ne diminuera en rien le carbone de l’atmosphère en dehors de la période de croissance qui fixe EFFECTIVEMENT du carbone. Pourquoi ?!!! Mais parce que la vache mange le foin, et elle pète et respire. Parce que le feu ravage la forêt en trois coups de cuillère à pot et relargue en quelques heures le fruit de la croissance ; ou alors ses monstres trop lourds à force de fixer du carbone et de se gaver de nos « déchets » s’effondrent sur un coup de vent, à cause d’un sol instable, d’un tremblement de terre, d’un type qui décidera à faire du papier qui finira en emballage de fish’n chips ou pour essuyer tout et n’importe quoi ! Quoi qu’on fasse on relargue à un moment et derechef dans l’atmosphère le carbone végétalement fixé au préalable :

  • ou bien le géant fixateur est dévoré par les petites bêtes qui respirent, pètent sans doute et rotent peut-être,
  • ou bien cela finit à l’incinérateur qui relargue tout le stockage sous forme de vapeur d’eau et de gaz carbonique.

La santé de la planète sur ses propres forces capables de résoudre NOS problèmes est une utopie vouée à l’échec, surtout quand il s’agit de cacher un carbone que nous sommes allés chercher sous terre, et surtout SOUS la biosphère.

Bon, c’est vrai que la biosphère est embêtante ! À son niveau tout ce qui croît décroît peu de temps après… ce n’est pas une solution à long terme, les puits de carbone sont des pis aller à ce niveau-là. Piégeons le carbone, emballons-le mieux que nos déchets nucléaires et remettons-le SOUS la terre, dans les cavités laissées béantes par nos puisages de milliards de tonnes d’hydrocarbure (HnCm) par exemple… mais est-ce une solution viable et à plus long terme que le passage de l’humanité sur Terre ? Cela reste à prouver puisque, voyez, le permafrost sous l’effet climatique perd en ce moment son préfixe ; et ce qui semblait permanent à nos yeux d’éphémère, retourne gaiement dans l’atmosphère, et dans la joie pétillante de cette libération (enfin!) le jubilant gaz carbonique comme le délétère méthane peuvent se repaître d’espace, de légèreté, de lumière et de la salvatrice chaleur !

Le carbone atmosphérique bon

Sans le carbone dans l’atmosphère point de blé, maïs, riz, poulets, crevettes et autres meubles ikéa®, la Terre serait morte. Le carbone atmosphérique est donc bon, voire excellent pour la planète mais point trop n’en faux… sinon on nous dit que ça chauffe (une belle qualité du carbone) !

Le vivant c’est beaucoup beaucoup CxHyOz*, un petit peu moins de CxHyOzNt* (qui sera passé avant par l’étape CxHyOz + tN) ainsi que quelques autres molécules composées avec des métaux (pas nombreux du tout : potassium, calcium, magnésium, sodium et encore un peu de fer pour l’essentiel) et des non-métaux comme souffre et phosphore pour les plus présents. Si les sulfates et les phosphates qui véhiculent les métaux sont mis à profit par les végétaux, les carbonates du sol, tout carbone qu’ils contiennent ne participent guère à fabriquer de la matière végétale, l’essentiel vient bien de l’atmosphère.

Quant au charbon de bois, il ne sert à rien pour les racines qui attendent du soluble. Le végétal a besoin du carbone de l’air, d’un carbone circulant, et le carbone circule dans son alliance avec l’oxygène, constituant le fameux gaz carbonique enfermé dans un cycle bien connu aujourd’hui.

Le carbone fossile méchant

Trop de carbone atmosphérique tue la vie respirante (létalité : 10 % de dioxyde de carbone dans l’air, ce qui est énorme par rapport aux 0,04 % actuels). J’entends déjà penser ceux qui se disent « oui mais les végétaux respirent et eux ils profitent du carbone ! ». C’est une extrapolation que cette idée de respiration végétale, n’en faisons pas tout un foin (et la belle image ramure/bronche pour être lue correctement doit être remise dans son contexte, peut-être un prochain billet de ce blog…). Il est sûr, pour satisfaire les climatoseptiques, que doubler la quantité de carbone atmosphérique ne fera en terme de gaz carbonique que 0,08 %, c’est-à-dire rien comparer à l’oxygène (env. 21%) ou pire à l’azote (env. 78%) [le reste correspondant à 0,93 % env. d’argon et des broutilles d’autres gaz dont le gaz carbonique ; l’ensemble est donné pour un air sec, choisi quelque part loin des sources de pollution].

Le carbone méchant est celui qui déstabilise l’effet de serre (eh oui, il participe à l’enveloppe calorique de la planète) mais il n’agit pas du tout comme le font nos serres en verre ou en feuille plastique (plastique qui finit par se désintégrer et ainsi polluer sols et rivières puis mers en asphyxiant de plus tous les (peuples) ignorants qui l’ingèrent… bref, encore un drame de la part des truands de l’éconosphère).

Il y a un truc à savoir sur le carbone qu’on apprend (peut-être) comme un courant d’air à l’école et qu’on oublie même à l’université ailleurs que chez les métallurgistes… le carbone ne connaît pas de phase liquide entre solide et vapeur. Il est soit aggloméré (phase solide), soit dispersé (phase vapeur). A aucun moment il ne passe par l’état fluide. On dit qu’il se sublime si on le chauffe à l’abri de tout comburant.

Pour être solide il choisit soit d’avoir la forme diamant… soit la forme graphite (en feuille comme l’ardoise), soit la forme anthracite (93-97 % de carbone en masse avec donc plus ou moins d’impuretés). Le charbon, il y en a beaucoup beaucoup, beaucoup sur la planète, ou plutôt DANS la planète (couche très périphérique mais SOUS la biosphère). Et puis il y a aussi cette autre forme où il reste allié avec l’hydrogène… « Reste allié »… pourquoi, mais parce que ! C’est comme ça… un couple improbable que la nature réussi assez facilement à former sous la forme méthane (CH4, gaz décrié et à effet de serre pourtant totalement biosphérique comme le gaz carbonique exhalé dans la respiration) mais qui pour les autres variétés (innombrables) à besoin de beaucoup de temps.

Les hydrocarbures sont un mixte de déchets végétaux et animaux oubliés de la planète bio… (celle où l’on vit tous en juste équilibre et harmonie louable, enfin… normalement !). Les hydrocarbures sont le solde négatif fossile, contrepartie du solde positif vivant que représente le dioxyde de carbone atmosphérique. Les hydrocarbures sont du vivant oublié à moisir dans le cul de basse fosse de la planète, du vivant très peu capable de réinvestir la biosphère par lui-même car mis hors jeu, enfin hors cycle, sans doute pas pour rien…

Et les truands dans tout cela ?

C’est moi, vous, nous en consommateurs (in)conscients et irresponsables. C’est la sphère scientifique qui n’arrive pas à lire la nature ; elle lit seulement la matière comme si le sens du mot VIE résidait dans le dessin des trois lettres qui le représentent (on arrive tout de même un peu à le lire parfois comme un mot entier, mais sans dépasser le mot lui-même, sans atteindre au concept qu’il ne fait que représenter).

Et les truands, c’est surtout la sphère politico-économique, une sphère totalement virtuelle basée sur des lois créées de toutes pièces pour ses propres besoins sans tenir compte du reste, sans se soucier d’harmonie, d’équilibre, de justice, de justesse, de vérité, d’équité, de santé. Elle met au premier chef sa propre entité inexistante, asservissant des bougres de serviteurs à qui elle fait miroiter une sorte de paradis quand bien même elle se dit athée et agnostique. Et ce sont ces bougres des CAC40, Dow Jones et autres princes consorts qui se sentent rois et responsables (tu parles !) de la planète… Et ce sont encore eux qui vont tirer profit du chaos climatique dans lequel leur sphère nous a plongés et nous plongera de plus en plus pour leurs profits de plus en plus nauséabonds. Pour eux, hors de la croissance point de salut ! Ont-ils jamais regardé pousser un pissenlit ?

 


* C : carbone, H : hydrogène, O : oxygène, N : azote

Ont-ils jamais regardé pousser les pissenlits ? aurait pu faire aussi le titre de ce billet… j’ai préféré mettre au premier plan le carbone et la loi du marché qu’il domine parce qu’on le veut bien !

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *