L’homme réduit… ou la V.A.O.

Un homme [1] peut en cacher un autre, et il se peut fort que l’homme augmenté devienne en fait un homme réduit. Le rêve pourrait bien être, en fait, un cauchemar.

Défaitiste, moi ? Non, réaliste…

L’homme augmenté

Qu’est-ce que l’homme augmenté ? C’est une sorte d’inspecteur gadget qui sous de bons (ou moins bons) prétextes utilise des astuces (généralement) électroniques pour complémenter (d’où le terme « augmenté ») certaines imperfections de notre nature corporelle et, voire bientôt, de notre nature cognitive.

Que se passe-t-il pour un humain faisant partie de la norme millénaire ? Ce n’est pas compliqué, il fait face au monde dans la limite de ses moyens en terme de perception (via les sens), de cognition (via son intelligence), d’action (via sa force) :

  • On peut se mettre des loupes pour mieux voir ce qui est trop petit,
  • on peut user de calculateurs là où le calcul devient trop envahissant (imaginons tout le temps qu’aurait pu gagner Kepler qui calcula toute sa vie sans même les logarithmes…)
  • on peut stimuler ses muscles par des produits (év. illicites) ou en démultiplier les capacités par des moyens technologiques.

Bon, voilà on a fait le tour de l’homme augmenté… Ah non, il nous manque la puce d’identité pour nous affranchir des mots de passe et autres cartes ou passeports ; il nous manque celle de la santé, enfin celle qui nous dira que quelque chose est en train de flancher en nous ; il nous manque aussi la petite boussole GPS qui nous évite de nous perdre ou de simplement de ne pas trouver un chemin. Deux ou trois trucs encore peuvent améliorer la sauce des imperfections humaines (être tenu au courant de l’info en temps réel, savoir s’il pleut (ou s’il va pleuvoir), savoir où sont les bonnes affaires quand on passe à proximité, savoir qui cherche une âme sœur parmi les gens qu’on croise et si on peut faire l’affaire, etc. etc.).

C’est vrai qu’on semble limités et maladroits. Mais tout ce qui est imperfection ne serait-il pas qu’imperfection apparente ???

Imperfection parce que mal contrôlé ?… À travers ce blog nous avons déjà rencontré souvent les sens et la problématique qui existe entre ce qu’ils nous offrent et comment notre jugement s’en empare. Le plus imparfait dans l’histoire n’est pas souvent notre sens, mais bien ce que nous faisons de ce qu’il nous transmet. Votre oeil voit ce qu’il voit, par exemple les clé que vous cherchez dans le fouillis de votre bureau, mais VOUS ne les voyez pas… Le voilà le responsable : c’est VOUS, ce qui s’est attaché à votre corps, ce qui l’a fait en grande partie aussi. L’organe sensitif, vous n’y avez sans doute pas eu beaucoup accès…

(image issue de http://www.gopixpic.com)

(re)Gardons l’œil : les deux vôtre ont les plus fortes chances au monde de se ressembler dans leurs apparences à quelques détails près, et votre vue d’un côté et en gros comme celle de l’autre côté. Même si les cas existent, des yeux vairons ne sont pas fréquents et un oeil myope et l’autre presbyte ne sont pas légions. En règle général le corps est bien fait, pas forcément comme on voudrait qu’il soit (jugement) mais il est bien fait (nature).

Et quand l’œil vous présente une image, il n’a aucun moyen d’en effacer les fameuses clés : elles sont là, dans l’image que l’œil va vous présenter 10 fois peut-être.

Alors on peut S’AUGMENTER en choisissant des lunettes gogole (R) qui seront capables, par un système de reconnaissance de forme, voire allié à un détecteur de métaux, de pointer via une grosse flèche vos fichues clés !… Et comme ça, plus de problème d’étourderie.

Est-ce un « plus » ?… cela reste à prouver…

Car que se passe-t-il pour vous, pour VOUS ? Eh bien c’est d’une part la loi du moindre effort et d’autre part une reconnaissance de vos défaillances, de vos limites, de votre incomplétude ! Est-ce que les défaillances et les limites vont s’arranger sous le coup du moindre effort ?… Je n’en suis pas sûr. Et même, à (court) terme, c’est un recours facile qui ira s’élargissant que vous adopterez pour ces serviteurs zélés qui commenceront par vous assister et poursuivrons leur tâches en agissant pour vous, en orientant vos désirs, vos pensées.

Ce faisant en croyant vous augmenter, vous risquez davantage de vous réduire…

Réduire à quoi ? Mais à votre aspect corporel. Vous ne serez plus qu’un corps, un corps en végétation assisté par ordinateur, la VAO !

Quid de la pensée par soi-même ? Quid de la responsabilité ? Quid des progrès de votre personnalité ? Pensez-vous que l’homme augmenté soit un rêve d’avenir radieux ?

Dans un premier temps oui, le pouvoir de séduction de la machine…

HALTE ! Oui mais dirons certains on a beaucoup gagné à utiliser des machines au fil de l’histoire. La charrue par rapport à la houe… La machine à laver autonome par rapport à l’eau froide des rivières, la planche et la batte… Les lunettes, les prothèses, etc. etc. Ça aussi c’est de l’homme augmenté !

Je n’aurai pas l’outrecuidance de dire que ce n’est pas le cas, et c’est là aussi une question de limite. premièrement comme les lunettes gogole (R) inventée plus haut, c’est une augmentation externe qui au lieu de faire appel à nos capacités les amoindrit ou les remplace, les compense, les soulage et permette (peut-être et apparemment) de gagner en bien-être. Une prothèse de hanche, une opération de la cataracte, et on repart dans le monde dans des dispositions agréables et prometteuses. Mais pour cela on est allé jusqu’au bout… On ne se fait pas poser une nouvelle cornée en prévision de la défaillance de la cornée de naissance, idem pour une tête fémorale toute neuve.

Étant petit, mon grand-père qui posait ses dents tous les soirs me faisait rêver, moi qui allait bien trop régulièrement à mon goût sur la fichue chaise de torture du dentiste ! Est-ce la valeur de sa personne qui devait me marquer ?! Heureusement, je le voyais faucher à grands mouvements amples, réguliers et mesurés dans l’effort, pour une coupe nickel ! Mon grand-père était indépendant de ses dents, c’était chouette… mais il n’avait plus de dents ! Il était augmenté parce qu’il était réduit…

Réfléchissons bien à ce qu’on pourrait croire comme des « avantages » liés à nos progrès purement et uniquement technologiques.

À suivre d’ici peu… (dans une seconde et une troisième parties indépendantes, c’est logique vu le sujet, où nous traiterons de la « réalité virtuelle » (sic) et de l’homme (dé)connecté… Ainsi nous finirons par avoir une vue d’ensemble).

 

NOTES

[1] Si l’on parcourt un peu mes différents billets, on finit peut-être par trouver lourd mon utilisation presque acharné du terme « humain » en lieu et place de celui usuellement usité en français « homme ». Ici, je trouve que l’humain augmenté n’ayant aucun sens il peut bien céder sa place à l’homme augmenté, car cette histoire est surtout d’hommes (HALTE : je dis bien surtout, ne surtout (…) pas venir me faire remarquer que certaines femmes sont aussi en quête de ce bonheur ou que d’autres y travaillent directement). [Retour texte]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *