Objectivité ou/et dogmatisme ?

La lecture coup sur coup de deux articles sur des sites différents m’incite à la réflexion sur le sujet en titre. Il s’agit pour l’heure des sites suivants (mais il y en a pléthore qui déversent tous un argumentaire plus ou moins nauséabond en faisant état d’un objectivité bien pesée et bien-pensante) :

Peut-on trouver dans ce genre d’argutie matière à établir un jugement personnel sur le sujet visé ? Ou bien y a-t-il là juste des points choisis et critiqué en étant plus ou moins hors contexte ? Doit-on former son opinion personnelle sur ce genre de pamphlet ou bien se rapporter à ce qui les a motivés ?

Esprit de clocher… Prêcher pour sa paroisse… ou Aller vers la conséquence de ses actes !

Ces deux articles mentionnés (que je vous invite à lire avant de suivre la vidéo critiquée du premier) font-ils avancer les lecteurs ou bien se contentent-ils de les confirmer dans leur opinion ? C’est la question que je souhaite vous poser ci-dessous.

Par exemple dans le site lemediapresse.fr qui critique cette vidéo (« La biodynamie selon Gérard Augé » administrateur au conseil d’administration du MABD (Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique)) on trouve l’argument suivant :

Gérard Augé se retient de citer le nom de l’inventeur de la biodynamie : Rudolf Steiner. Les journalistes le mentionnent à l’écran sans aller jusqu’à inviter le spectateur à la prudence dans la mesure où Steiner est aussi connu pour être le gourou-fondateur de l’anthroposophie, information jamais mentionnée.

Ah ah, M. Augé, ça n’est pas bien du tout de ne pas dire que votre discours est celui d’un certain Steiner ! Nous voilà bien ! En réponse à ce défaut de mention (!) l’auteur de l’article (patronyme introuvable, ou alors il faut chercher, et on ne trouve pas davantage un « qui sommes-nous ? ») nous encline à suivre ce qu’il convient d’appeler son jugement (gourou) sorti d’on ne sait d’où mettant ainsi en garde le lecteur précédemment crédule. Il affiche de cette manière clairement ce que je qualifie de mon côté sa pseudo-objectivité .

Gérard Augé termine son discours avec cette phrase anodine pour l’esprit critique mais pourtant riche de sens (à tous points de vue) : J’aime bien l’idée de me dire que la plante aime à être regardée, mais ce n’est qu’une supposition à valider scientifiquement

Quand je suis à la place de M. Augé et que je dois parler de mon travail, je ne mentionne pas Steiner dans l’introduction du propos, je n’ai pas besoin de sa caution : je présente d’abord mes idées pour que mon auditeur ou mon auditoire entre dans mon chemin de pensée ; et si cela mérite un point d’appui alors je parle de Steiner. Ce nom seul semble trop souvent faire frémir l’auditeur qui n’a pas fait une approche personnel du sujet. Steiner pour la biodynamie n’a d’ailleurs pas dit grand-chose… Il a parlé de l’état d’urgence au niveau des sols qu’ils voyaient comme déjà bien dévitalisés au sortir de la 1e guerre de 14-18. La biodynamie date de 1924, peu avant la mort de son promoteur qui n’a donnée ses conférences à ce sujet uniquement parce qu’on le lui a demandé ; il ne parlait de rien sans y être invité à la façon de  » d’après ce que vous dites de la nature humaine – ou de la nature en général – ne pourrait-on pas faire quelque chose dans le cadre de … la méthode agricole en ce qui concerne la biodynamie. « 

Une collègue au retour d’une sortie de 5 jours avec sa classe d’école Steiner m’a raconté l’anecdote suivante : la gérante du camping qui accueillait la classe s’est étonnée le dernier jour de la tranquillité des enfants (10 ans). elle s’est étonnée aussi de la cohésion du groupe surtout vis à vis d’un enfant noir qu’elle avait mis plusieurs jour à déterminer comme étant aveugle. Elle a alors posé la question fatale : «  c’est quoi votre école ? « . La professeure a répondu que c’était une école Steiner. Le visage de la dame s’est alors rembruni car, à cette époque (1998 de mémoire) et depuis de longues années, la pédagogie Steiner était l’objet (en France) d’attaques très violentes de la part des gens qui s’arrogeaient le droit d’être bien pensants. La collègue a aussitôt renchérit avec un sourire compréhensif «  Ah, je vois que vous suivez les informations « . Et la dame de répondre «  Oui, mais ce qu’on raconte n’a rien à voir avec ce que j’ai vu pendant ces 5 jours « . (J’ajoute que le gestionnaire du camping qui avait fait la réservation était parfaitement au courant qu’il s’agissait d’une école Steiner, il n’avait, lui, sans doute pas jugé important de mettre en garde sa gérante …)

Oui la biodynamie peut mettre mal à l’aise et celui qui en parle parce qu’il la pratique et aussi celui qui va la découvrir juste à travers le discours. Il est déjà très difficile d’en parler en quelques mots car chaque concept qui la concerne devrait être détaillé.

A propos de cette biodynamie qui dérange l’esprit rationnel et analytique Steiner a dit, en 1924. quelque chose comme faites ceci et cela immédiatement, vous vous interrogerez plus tard.

Il y avait urgence comme aujourd’hui, comprendre n’était pas l’important en soi et personne n’avait vocation à en tirer du profit au détriments d’autrui ! Le souci était (en 1924, donc bien avant les engrais chimiques et la pestiagriculture l’état de la terre dont on tire notre nourriture !!!

On en est là… le « biodynamiste » est en relation directe avec le Vivant mais quelle science (académique, reconnue en tant qu’autorité) est capable aujourd’hui de décrire ce que signifie ce petit mot : VIE. Et la biodynamie plonge dans les arcanes du vivant, le vivant pas en tant que la somme des individus qui en constituent la sphère mais en tant que milieu aussi certain à ceux qui le côtoient que peut nous l’être le milieu physique qu’on pratique au quotidien sans grande conscience. La science actuelle se borne à décrire le milieu physique et elle le fait avec un brio incroyable, mais elle ne déborde pas sur le Vivant, elle pense, elle croit… que ce qu’elle apprend du physique lui enseignera ce qu’est la vie…

Revenons de façon sans doute un peu abrupte à notre sujet (c’est juste un blog ici…). La conclusion du même article/même auteur est tout aussi emblématique de ce genre d’article non constructif et se sert elle-même :

… on peut se demander si un média peut diffuser un tel portrait [ici Gérard Augé, ndr] sans aucun appareillage critique, sans aucune remise en contexte qui permettrait aux spectateurs de ne pas croire indûment que ce qui est dit jouit d’une validité scientifique …

Un média se doit de donner des informations sans s’en mêler. C’est le problème des médias d’informations qui veulent faire court : ils n’apporte rien que servir ou desservir… selon tous les sous-entendus et autres inexprimés qui ouvrent champs aux interprétations les plus fantaisistes.

 » Un appareillage critique qui permettrait aux spectateurs de ne pas croire indûment que ce qui est dit jouit d’une validité scientifique  » … Jouir d’une validité scientifique : la chose devrait immédiatement nous interpeller sur la caution validante. Nous allons voir sans doute trop vite que c’est là que manque le point de bascule ou de jonction.

Si vous ne connaissez rien à la physique quantique vous pourrez tomber dans les mêmes pièges que ceux que soulèvent ces (pseudo) articles de fond, enfin qui se veulent comme tels. On vous expliquera le chat de Schroedinger à l’appui et autre principe d’Eisenberg que tout dépend pour vous de jeux interparticulaires. D’autres, ailleurs , vous citerons Freud pour appuyer leurs dires, Mais restons-en à notre sujet, cet article critique pour ainsi dire contre la biodynamie dont on sent que l’auteur est pris jusqu’aux tripes…

Les adeptes de l’agrochimie ne sont-ils pas eux aussi la preuve indiscutable d’un doctrine écono-matérialiste bien établie et validée par une science pour le moins réductionniste ? Ces adeptes, qui pour beaucoup sont ceux qui pointent à la FNSEA, sous tutelle du couple gourou INRA/Etat sont-ils d’ailleurs bien portants et leur activité génère-t-elle de la santé parmi les consommateurs ?… Il suffit de lire les études critiques déplorant les doses de pesticides toxiques dans les produits de consommation directe (les autres sont hors-sujet). Voilà un point de bascule qui a une valeur de validation des faits, et pas seulement des idées qu’on se fait des ces faits.

Comment en a-t-on abouti aux poisons du style glyphosate et autres substances antibiotiques pour soi-disant soutenir le vivant (jusqu’au suicides avérés des petits producteurs qui ne sont que les pantins malheureux des grosses firmes agrochimiques brandissant leur argument  » nous avons les moyens de nourrir tout le monde ! »

Non, personne n’a pas les moyens de nourrir tout le monde avec le rythme effréné de notre consommation à l’occidentale comme à l’orientale. Personne n’a non plus les moyens de nourrir les bêtes qu’on mange plus celles qu’on gaspille, ni faire des agrocarburants (qu’on ose nommer biocarburant pour entretenir la confusion), ni faire faire à nos marchandises nourricières des milliers de km ahurissants par trains, camions, avions, bateaux !

Si c’est la science qui est derrière un tel système écono-consumériste qui doit servir d’étalon pour jauger la validité de telle ou telle méthode, alors elle n’a aucune chance d’y parvenir et ceux qui plaident par elle, qui croient par elle, qui jugent et jurent, mangent et bougent par elles. Ceci tout simplement parce que science académique (ou toute science réductionniste) et réalités ne sont pas sur le même plan. La réalité possède plusieurs plans dont un est au niveau physique, un autre au niveau vivant, et si l’on veut bien me l’accorder, encore un au niveau psychique, voire un quatrième au niveau spirituel. Seul ce qui naviguer entre tous ces plans sera lentement à même de juger et de valider.

La biodynamie a-t-elle les moyens de prouver autrement que par les dires de ses aficionados que cela « marche » pour convaincre les gens puisque les protocoles de validations ne sont pas reconnus par l’autorité Scientifique qui ne sait juger que par sa lorgnette ?

La biodynamie est reconnue bien plus largement ailleurs qu’en France, cette France qui réduit le monde à la propre vision qu’elle seule développe et qui arrête les nuages radioactifs à ses frontières !!! Ce n’est pas un argument scientifique et on peut se demander pourquoi on ne va pas expliquer à travers le monde que la biodynamie c’est du n’importe quoi…

La France (et ses petits francillons) a de plus en plus peur de ce qu’elle ne (re)connaît pas et elle se fait très vite juge nombriliste et maladivement partiale (la justice est aveugle en France, elle ne constate pas tant selon l’expérience mais surtout selon ce qu’on lui dit, explique, selon ce qu’on argumente avec beaucoup de fièvre et autres envolées lyriques : et là, elle valide « aveuglément »…

Critiquez, c’est bien, mais encore faut-il avoir auparavant posséder à minima le sujet critiqué… C’est très certainement le premier pas à faire, et ceci de façon préalablement ouverte pour faciliter la prise de contact.

Bon appétit à tous, bonne santé et surtout bonne chance (clin d’œil à Pierre Rabbi)

Patrick Roussel

PS
Faites votre choix entre deux discours opposées et agissez en conséquence vers celui qui vous séduit, vous rassure ou vous inquiète. Vous comprendrez que ce sont les actes que l’on produit qui seuls orientent notre vie, le reste demeure du débat idéologique.:

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *