Archives du mot-clé écologie

La place de l’humain dans la nature

Photo de Clément Viala

D’autres images sur ce lien (nouvel onglet)

Merci à Mr Mondialisation (un internaut facebookien, qui a un énorme courage)…  Je suis entré dans la discussion à propos de ces images, et  en voici le fil.

Mr Mondialisation :

Les dernières photographies de Mars ? Le sable fin d’un quelconque désert à l’autre bout du monde ? Non, ces images viennent simplement de France, dans le Bassin d’Arcachon. Capturées par Clément Viala, photographe français, ces clichés uniques exposent La Dune du Pilat juste après la tempête du 11 janvier dernier. Une zone élue récemment 2nd plus belle plage du monde.

« Il est important de ne pas oublier que la nature est toujours plus belle sans l’homme » nous exprime en privé Clément Viala. Voilà pourquoi le photographe parcours la Dune après chaque tempête depuis des années à la recherche de ces clichés uniques. Un régal pour les yeux.

PR  (votre serviteur, ayant relevé la phrase en italique gras) :

Le problème est que l’homme était là, derrière l’appareil. Lire la suite

Environnement III

Nous avons suivi un peu la vision actuelle de cette matière qui occupe tant de place dans notre environnement au cours de la partie I de ce sujet.
Dans la partie II nous sommes arrivés à la notion essentielle d’équilibre phylogénétique qui est maintenant à comprendre et à élargir pour aller vers une connaissance riche de la notion d’environnement et nous avons vu comment le ressenti humain était une porte ouverte sur un monde qui nous dépasse un peu si l’on souhaite rester dans le carcan physicochimique. Cette porte reste à objectiver. Ces deux points ne trouveront pas réponse ci-après mais je voudrais apporter encore un peu d’eau à la notion d’environnement car mon but, non encore avoué jusque-là, n’est pas de le définir mais de voir comment s’y ouvrir…

<< Chapitre précédent

3) L’environnement (enfin !)

Dans cette notion d’environnement nous incluons bien volontiers tout l’aspect biotopique qui nous héberge avec ses ressources et ses lacunes. Mais force est de constater que celles-ci dépendent de notre activité : l’humain adapte plus qu’il ne s’adapte ! Il puise aux ressources et les épuise (forêt brésilienne) déstabilisant l’équilibre local ; il apporte des compensations pour ses propres besoins (l’eau en plein désert) créant peut-être des déséquilibres irréversibles (ceci dit on est là très d’une animalité de l’humain, ou alors c’est un animal dont la spécialité est le manque de bon sens qu’il devrait avoir…)

Tout cela résulte généralement d’un manque de perspective : notre prise de conscience forcée par une consommation à outrance aurait du avoir lieu avant par des considérations plus performantes. Cet enseignement que la nature, l’environnement nous offre en ce moment, en tenons-nous vraiment compte ? Lire la suite