Archives du mot-clé Gilets jaunes

Deux naïfs en gravitation ou « La flamme sacrée »

24 fév. 2019

Objectiver par soi-même

Si je regarde une pierre tomber alors, avec quelques efforts de structuration des pensées qui en moi s’en suivent, je dois pouvoir arriver sans trop de peine à une idée de la gravitation.

Il me faut sans doute faire davantage d’effort(s) pour me mettre en état de totale objectivité, c’est-à-dire oublier ce qu’on a pu m’en dire, ce que j’ai pu retenir de ce qu’on à voulu m’apprendre, de ce qu’on a parfois purement chercher à m’inculquer et que j’ai intégré.

Il me faut sans doute un effort supplémentaire pour simplement me dire que cela peut valoir un peu de temps que de s’intéresser à un tel phénomène.

D’autres efforts peuvent être nécessaires pour éviter d’aller chercher des réponses dans les livres ou sur internet.

Deux naïfs en gravitation dans des dispositions peut mathématiques pourraient discuter ensemble pour confronter leurs cheminements et plus précisément leur théorie, leurs façons de voir à ce sujet, sur ce sujet ! Est-on certain alors qu’ils arriveraient aux conclusions qui sont celles de notre civilisation après que d’autres naïfs prédisposés aux mathématiques… ?

Apprendre ou comprendre

Quand j’apprends, je répète, je redis, je refais. Que des re-… J’apprends alors des résultats, des « trucs » que des gens ont mâchés avant moi, voire des gens qui m’ont prémâché la travail, l’ont dépouillé de ses complexités. C’est un travail que je n’ai pas à faire, un cheminement de moins pour moi, cela permet d’aller vite.

1515 Marignan, par exemple, autant l’apprendre car il n’y a rien à comprendre… sauf si on se dit « qu’est-ce que cela m’apporte de « savoir » ce 1515, Marignan sans le décoder ? ». Quand cette question surgit, il va me falloir aller au-delà de l’espace-temps… dans ce qui lie cette année à ce lieu (ou l’inverse). « La bataille de Marignan eut lieu les 13 et 14 septembre 1515 et opposa le roi de France François et ses alliés vénitiens aux mercenaires suisses qui défendaient le duché de Milan. » [source] Pas de mystère ou d’entourloupe : je ne savais même pas ça, juste que cela impliquait François premier (le roi de France, tout de même, pas le pape).

Pour comprendre, quand je veux comprendre, il faut que je me dise et redise, voire que je formule à ma façon et reformule, que je fasse et refasse de manière à faire mien ce sur quoi j’ai choisi de porter mon analyse. Il faut que je fasse mien, que je con-prenne, que je prenne avec moi…L’autre ne peut jamais comprendre pour moi !

Pourquoi je vous raconte tout ça ?…

L’idée m’est venue en écoutant une analyse de Natacha Polony sur le groupe du Bilderberg, puis en lisant un appel au refus de la géo-ingénierie et pour finir après une vidéo intitulée Keepers of the flame. Curieux mélange sans doute !

Il y a un peu de tout cela dans notre monde… Le direct, le concret, le sous-jacent, le ressenti, le pressenti, l’imaginatif, l’intuitif, et tout cela nous inspire parfois. Tout cela donne un support à notre vie, à notre recherche si on en a une. Et si on n’en a pas on court le risque d’être encore plus manipulé, de devenir un pion quand ce n’est pas un jouet dans les mains de joueurs plus ou moins éthiques, plus ou moins sincères, plus ou moins honnêtes. Et toujours cette solitude quand il s’agit de SE faire une opinion, de savoir à qui faire confiance pour nous aider à réfléchir, cette solitude qui ne peut s’appuyer pourtant que sur notre vision personnelle du monde pour la confronter à un Réel à multiples facettes que nous partageons tous.

Il sera par exemple toujours difficile de faire la pleine part des choses comme entre les intentions globales, louables et justifiées du mouvement des Gilets Jaunes et la réactivité instinctive, voire bestiale ou maladive que certains laissent monter en eux pour insulter, casser, ou simplement affirmer leur sentiment d’impuissance, le sentiment aussi d’être manipulé…

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, une réflexion pour réfléchir… en partant du Bilderberg pour arriver aux Gilets Jaunes, deux facettes de construction de la société… Et n’oublions pas la petite flamme qui couve en chacun (On lira la très belle légende du Christ écrite par Selma Lagerlöf qui parle de Raniero di Ranieri et de sa flamme sacrée.)

Share Button