Archives du mot-clé pollution

Absolu du printemps, météorologie et immigration !…

La super lune de 2013, entre lumière et nuit et masses nuageuses

La super lune de 2013, entre lumière et nuit et masses nuageuses

Existe-t-il un absolu du printemps ?

Derrière le mot absolu il faut lire la possibilité de prévoir l’intensité du printemps.

  • « Les oignons n’ont pas beaucoup de pelure, l’hiver ne sera pas froid » qui n’a pas ce genre de sentence en travers de la mémoire.
  • Un hiver tiède annonce-t-il un printemps chaud et un été pourri, ou le contraire ?
  • Les saisons sont-elles en harmonie avec autre chose que la circulation circumsolaire annuelle ?
  • Les saisons ont-elles un sens qui ne soit pas une dépendance d’une mécanique céleste ?

Pour le temps pourri, les variations de températures et les tempêtes à répétition, les sautes d’humeur de la météo, on peut faire les hypothèses que l’on veut, force nous est de constater qu’il s’agit de situations déséquilibrées, ou plus magistralement formulé : d’une situation de déséquilibre.

Ce déséquilibre navigue entre l’activité de 7 milliards d’humains, activité extra-naturelle, et la nature naturelle (avec ou sans le genre homo). On ne se contente pas de manger et boire, roter, digérer, péter, excréter et uriner, dormir et reproduire l’espèce, on travaille aussi sur notre biotope (culture, sélection, paysage, etc.) et on déborde largement sur un manque de conscience qui pourrait faire de nous des humains plus que les animaux les plus stupides de la planètes (aucun ne cochonne à notre point son territoire de vie en se croyant plus malin que les autres !).

Bref, il ne s’agit pas de faire un procès à l’humanité. Elle en est là où elle en est, la faute à ses attentes face à des industriels qui n’attendent que ça !

L’équilibre climatique de la planète est le tiers facteur influant sur la qualité des saisons après l’histoire de la mécanique céleste qui à notre époque positionne la Terre au plus proche du soleil en situation d’hiver boréal et la géographie. Oui, la géographie, le dessin de la planète.

  • Hémisphère nord : beaucoup de terres et peu de mer, mais un pôle marin
  • Hémisphère sud : beaucoup de mer et peu de terres, mais un pôle terrestre.

Autrement dit une répartition apparemment aléatoire de la Pangée disloquée relativement harmonieuse dans son déséquilibre.

L’équilibre climatique se trouve confronté à des masses d’air globalement réparties et d’eau inégalement réparties qui par leur mobilité modifient sans cesse les conditions météorologiques à cause du rythme circadien à côté du cycle annuel.

Les grandes colorations saisonnières s’établissent donc sur un mélange de fonctions naturelles variables et d’autres artificielles qui s’intensifient et sont du fait des actions humaines.

Qu’on soit d’accord avec le GIEC ou pas, force est de constater que nous épuisons la nature en terme d’espace (agriculture intensive), que nous transposons des ressources énergétiques en terme de temps (carburants fossiles) et que nous sollicitons une activité non naturelle de la radioactivité normale par concentration dans les centrales nucléaires, formant des déchets concentrés, et par des pollutions – déconcentration – par dispersion (eau et air) !

Le tableau n’est pas reluisant, et encore moins si l’on ajoute les pesticides qui en stérilisant les terres diminuent fortement leurs différents potentiels tels rétention d’eau et régulation chaleur qui sont les deux facteurs majeurs d’action (micro)climatique !

Tout ça c’est ce qu’on sait, mais il y a  aussi tout ce qu’on ne sait pas…

Le train-train de la planète possède donc toute latitude pour dérailler comme bon lui semble, faire ses poussées de fièvre, ses éruptions cutanées, ses psoriasis et autres mélanomes et tumeurs malignes en réaction à ce qui le dérange.

La météo n’est pas le temps qu’il fait mais bien l’étude des météores donc des phénomènes atmosphériques (dépressions, anticyclones, précipitations, etc.). À chaque jour qui passe les météorologues cherchent à affiner les équations mais à chaque jour qui passe nous créons de nouvelles conditions de modification (telle industrie rejette du Ka3(PiKo)2 dans l’atmosphère : mais comment l’humidité et la chaleur atmosphérique s’accommode-t-elle de cet immigré contraint ?…).

L’humain sort tout de son train-train naturel pour le prendre dans le sien qui est intention, volonté, conscience, puissance, pouvoir. Ces « choses humaines » évoluent en permanence, elles font que le temps file alors qu’il devrait être dans l’intemporalité sans l’humain (nature qui tourne en rond en fonction des élans solaires ou telluriques seulement).

On est pas au bout de nos peines pour savoir quel est le bon chemin pour aller vers demain avec seulement un peu plus de sérénité.

Et ce billet de blog est partie des pelures d’oignons pour arriver à la météorologie en passant par l’immigration (j’ai même eu l’occasion de parler de genre, mais pas de celui du  débat actuel !).

Allez chers tous qui suivaient le même train que moi, à la prochaine fois.

 

Pollutions et déchets

Paru sous forme de 2 articles en mai et juin 2011

La pollution en question !

Toute activité génère des déchets. Cela se produit à tout niveau de la chaîne trophique et du monde minéral tellurique. Tous ces déchets ainsi générés s’inscrivent dans une large mesure dans le cycle du vivant. Ce qu’il est intéressant de remarquer c’est la relation activité déchet vie, nous y reviendrons.

Une partie des déchets justifie le vivant lui-même qui les crée, les utilise, la met à profit pour son propre développement. C’est tout ce qui fait partie des cycles, tout ce qui est sous-tendu par du dynamisme.

Une autre partie des déchets est introduites à partir de l’utilisation de matériaux hors cycle, donc hors dynamique. C’est l’activité humaine qui génère cette portion congrue.

Le pet des vaches responsables du trou de l’ozone !…. lit-on parfois. Quelle arrogance ! Quelle erreur de conception sinon manque de responsabilité : sous prétexte que cela nous gêne, on veut agir sur le pet des vaches !!! où va donc se nicher notre misère ? Gérer le vivant pour mieux produire nous-mêmes !?

 

La pollution est inévitable, elle inhérente à la vie.

Nous le savons, il y a pollution et pollution mais on met tout dans le même panier puisque la nôtre forcée s’ajoute à la nôtre vivante et à celle de tout le vivant. La première est la conséquence d’une volonté de développement, les deux autres sont une réalité existentielle inhérente à l’instant présent, à l’interdynamisme des êtres vivants au sein de la biosphère : l’échange carbonique aérien en est le fer de lance, car là nous pouvons comprendre qu’il n’est pas de localisation qui tienne. Désordre globale, solutions locales est un bon titre (et aussi un bon regard et une bonne suggestion de limitation). Mais un élément comme la respiration place la biosphère dans un autre contexte que local, nous y reviendrons.

 

Il y a des pollutions humaines dynamiques et des pollutions non dynamiques (mais qui malheureusement s’insèrent dans la dynamique du vivant).

  • Les pollutions dynamiques sont celles qui s’intègrent dans le développement durable : éliminations dues à l’alimentation organique et la respiration (le nécessaire), activités de développement propres (pas obligatoirement nécessaire mais confortable), etc.

Là déjà s’insère un élément défavorable ou favorable selon le cas. L’alimentation humaine dépend d’une production et cette production génère ou non des pollutions dynamiques ou non dynamiques. Laissons de côté l’agriculture intensive (justifiée économiquement). A ces côtés il y a, toute raisonnée qu’elle soit, l’agriculture éponyme qui, en se limitant par la raison, limite les dégâts. Et il y a l’agriculture biologique, nous y reviendrons.

 

  • Les pollutions humaines non dynamiques sont :
  • Pollutions chimiques par les éléments minéraux hors cycle du vivant (s’ajoutant aux cycles dynamiques en les déstabilisant) (activités industrielles chimiques directes et aussi médicamenteuses via excrétion)
  • Pollutions déséquilibrées (ville, pays développés, zone vierge)
  • Pollutions physiques par le volume de déchets en attente (mais sur qui travaillent souvent le temps et le temps – time & weather)
  • Pollutions par les localismes de masses de déchets organiques
  • Pollutions mélanomes des déchets nucléaires.
  • Pollutions électromagnétiques

Là ne sont abordées que les pollutions physicochimiques et biologiques. Il faudra un jour songer aux pollutions mentales et psychiques qui, a priori, concerne seulement l’humanité !…

Mais c’est déjà une très lourde tâche que de vouloir les modifier, ces pollutions non ou mal intégrables au vivant !

Dans les prochains billets nous reviendrons en détail sur ces trois points :

  1. la relation activité déchet vie,
  2. la respiration place la biosphère dans un autre contexte que local,
  3. l’agriculture biologique.

 

Juin 2011

La triade activité déchet vie.

La vie qui s’active génère d’une part de l’activité productive et de l’autre une consommation. Apparemment la consommation ne saurait être qu’un jeu de transformation générant ce qu’on nomme énergie d’une part et, résultat non utilisable tel quel, déchets d’autre part. Ce qui est déchet devient consommation pour d’autres qui génère, etc. et la vie consomme ainsi ce qu’elle produit. Ce terme de consommation – et ceux qui lui sont affiliés – relève de notre compréhension entropique de la matière. Le terme juste dans une perspective du vivant est échange.

Ainsi nous pouvons partiellement briser aussi le terme de producteur si cher à l’écologie. Le producteur est l’organisme qui élève le minéral au vivant, celui qui intègre dans son dynamisme élémentaire (carbone, Hydrogène, Oxygène, Azote) les éléments métalliques, les transformant en organométalliques assimilables par les formes moins évoluées sur le plan trophique. Ces métaux se retrouvent en grande part dans les sols par le biais de la dégradation des roches (érosion hydraulique ou aérienne, dissolution – rôle de l’eau), et peut-être aussi directement dans la plante par une présence quasi hannemannienne dans l’air, chose qu’il faudrait étudier de près.

Ces métaux sont les caractères distinctifs des entités du vivant, plus que leur charge moléculaire de combinaison sous forme saline avec CO2 et H2O. Ils sont vraisemblablement les responsables premiers de son dynamisme terrestre. J’entends par là que sans eux le vivant ne saurait être manifesté. Un élément métallique est un élément qui possède la capacité de réfléchir la lumière, de s’y opposer, de lui apporter un contrepoids obscurcissant alors que CHON sont les vecteurs du vivant, ou forment le vecteur du vivant, de l’invisible, de l’archétype vivant.

Ce qui est utile à ce moment-là, par exemple magnésium du lemme de la chlorophylle pour la photosynthèse, ne l’est pas ailleurs. Au moment où la chlorophylle devient inutile, le magnésium devient un déchet. Ce même magnésium inscrit dans un même lemme au niveau de l’hémoglobine animale est inopérant car ici c’est le fer qui a sa place.

Il est à noter un point d’importance dans l’enrobage dont se pare une particule métallique pour s’intégrer sous forme organométallique au vivant. Ce magnésium, ou autre, n’est jamais sous forme atomique (nanoparticule), il s’incorpore au vivant sous forme de sels (nitrate ou carbonate) alors qu’il était peut-être arrivé des profondeurs telluriques sous forme de sulfate (activité volcanique, échanges fond / surface) avant de s’intégrer à la chaîne du vivant.

Cet échange fer magnésium pour un même porteur vivant (lemme) est au cœur d’une véritable chimie du vivant. L’élément lumière qu’on prête au magnésium et qui est exploité dans la chlorophylle est remplacé par l’élément chaleur associé au fer dans le corps mammifère.

Ce qui émane du solaire est lumière + chaleur ; la plante profite de l’un, le mammifère de l’autre : c’est un partage, autre mot à inscrire dans une véritable chimie du vivant. La plante n’a pas vraiment affaire avec le fer. Le mammifère a affaire avec le magnésium mais pour un autre versant de sa personnalité : la souplesse, c’est-à-dire la possibilité de dynamisme… Le magnésium, le fer, et aussi les autres métaux capables d’être ‘organisés’, sont à voir ainsi, ils ne sont pas que des structurants.

 

En biologie véritable, il y a des cycles, des dons, des partages, des échanges. C’est de cela qu’il faut s’occuper ! Il n’y a pas de déchets, ceci est un concept anthropique et entropique. Glisser vers la biochimie moléculaire comme on le fait actuellement est un leurre qui ne nous aidera jamais qu’à désosser le vivant…

Croire que rien ne se crée et que seulement tout se transforme est une erreur qu’il nous faut corriger. Si cela semble vrai au niveau de la matière, la vie par contre se charge d’apporter son lot d’une ‘énergie’ encore invisible pour créer les formes. La mission du XXIe siècle doit être cette quête de l’invisible organique.