Catégories
académisme culture Physique quantique

Et si…

Je n’ai pas suivi la première vidéo en bas de l’article et qui titre : « ET SI LA MORT N’EXISTAIT PAS – Le film (Partie 1) » mais c’est elle qui a suscité cet article.

Inutile de jouer sur les mots, la mort existe… et c’est une chance ! Tout dépend de quoi on parle… C’est à cela qu’une amie, Béatrice, m’a rétorqué à très juste titre vu sans doute mon jugement un peu hâtif regarde le documentaire, la science avance. Bien sûr qu’elle existe sur le plan physique mais ils en parlent en terme de conscience. Comme pour tous ces documentaires, les titres sont comme un produit de gondole, sensationnel, mais la réalité du documentaire est autre.

Si le titre ne correspond pas à ce qui est dans le détail, c’est que le titre est faux ou bien qu’il est là pour allécher le client…

Bref

J’avoue : j’ai du mal avec tous ces « trucs » appuyés sur l’argumentaire scientifique, et de plus quand je vois les physiciens qui parlent dans le film, je ne doute pas de leur bonne « foi » qui attise des « croyances » estampillée science donc « vérité »… et en fait je parie qu’ici ça nous ramène à des « preuves » « quantiques », preuves qui pour moi relèvent uniquement de théories, pas du Réel. Je crois avoir trop souvent essayer d’accorder du crédit… sans trouver matière à compenser ; il est toujours un moment où l’on renâcle.

On est en train d’inventer notre réalité, pas de se connecter au Réel. Il y a eu un virage de la science en 1905… virage auquel je n’adhère pas malgré l’aspect extrêmement séduisant de la chose en terme d’intellect. Il me semble que plus on avance, plus on s’éloigne des véritables champs du Réel. C’est une impression… mon intellect n’est pas en adéquation avec mon ressenti de l’expérience humaine, grandeur nature, de la vie, et donc le reste me concerne peu, ou alors par … jeu !

Regardons « WHAT THE BLEEP DO WE KNOW – the movie (seconde vidéo en bas) si on veut s’occuper. C’est incompréhensible en grande partie peut-être mais, ce qui est surtout intéressant c’est que la science académique c’est donné du mal pour tout démonter. C’est peut-être convaincant mais ce n’est pas ainsi que les hommes vivent… (troisième vidéo en bas d’article) enfin je veux dire que la science voit les choses qu’elle explique…

Or c’est le fruit qu’elle a engendré et dans lequel elle-même joue le rôle du vers qui mange le fruit qu’elle a engendré… La science est devenue la pseudoscience qu’elle critique (comme ça, ça laisse un peu d’espoir pour ceux qui ont été critiqués – homéopathie par exemple).

Objectivement la science n’explique fondamentalement rien, elle propose une interprétation du Réel qu’elle appréhende, c’est-à-dire une, sa réalité, et elle cherche à TOUT calquer sur le modèle choisi qu’elle en tire, le modèle d’actualité (ici et maintenant, le modèle quantique).

Expliquer signifie déplier ; la science déplie le monde à l’aune de son regard et attend que ses conclusions soient remises en cause par quelque chose sur quoi elle peut s’appuyer pour accepter la remise en cause et revoir la copie.

Ce quelque chose ne peut être donc qu’un argument qu’elle peut comprendre, une équation par exemple… car ce qu’elle affirme jusqu’à maintenant (moins tous les verbes mis au conditionnel) est déjà validé, accepté sinon par le plus grand nombre au moins par le nombre le plus visible.

Voilà, je vous confie des heures de vidéo avec des commentaires très intéressants de la part d’éminences qui plaident pour leur chapelle (comme je le fais moi-même) avec conviction. Que chacun s’interroge et se dise : « je comprends parfaitement l’argument et j’y adhère » puis passe à l’étape suivante en renouvelant la démarche : il est inutile d’aller plus loin si l’argument proposé ne tient pas ou plus la route pour vous.

Share Button
Catégories
académisme art Physique quantique réalité

« Être et ne pas être » est un quantisme

Voici une portion de texte que j’ai trouvée sur mon mur facebook :

<< Regardé sous deux angles différents, un cylindre nous apparaît tantôt comme un cercle, tantôt comme un rectangle. Pourtant il n’est ni l’un ni l’autre !!!
Ainsi en est-il du photon, de l’électron ou de toute particule élémentaire dont l’image corpusculaire ne serait qu’une facette d’une entité plus complexe…..
Ce point précis peut poser un problème philosophique très troublant: La réalité objective (si elle existe indépendamment de l’esprit humain) est-elle accessible ? Ou sommes-nous condamner à n’observer qu’un monde d’apparences trompeuses ??? >>

Cela suivait un long échange de commentaires passionnants déroulé suite à une réaction épidermique de ma part… (je ne suis pas persuadé qu’on soit allé aussi loin sans cette amorce involontaire, mais totalement respectueuse et contenue) :

Introduction de l’échange : « quelqu’un aurait il un truc quantique à me partager ? du positif, si possible vidéo« 

Ma petite phrase déclencheuse : « C’est quoi un truc quantique (désolé, je n’ai pas de vidéo pour poser la question ) ?« 

____________

Le cylindre : disque ou rectangle ?

Image du site https://martouf.ch/2017/10/les-etapes-de-la-spirale-dynamique/
Quoi qu’il en soit le cylindre EST un cylindre, il ne dépend pour cela absolument pas du point de vue que j’adopte mais bien de SA réalité…

Le cylindre n’est pas un cercle ou un carré, c’est sûr ; mais au lieu de dire ce qu’il n’est pas il vaut dire ce qu’il est : le cylindre est un … cylindre. L’obtention de la vue complète du cylindre n’est en soi ni difficile pour cet objet simple, ni pour le dessinateur projeteur qui à partir des 2 vues (en y eut-il une douzaine !) pourra donner une représentation 3D en perspective ou volume en sachant qu’il s’agit de 2 vues projetées d’un même objet bien sûr.

Share Button
Catégories
cognition paradigme science société

Vous avez dit « quantique » ?…

« TOUT EST QUANTIQUE »

Dans des palabres facebookien, j’ai trouvé : « TOUT EST QUANTIQUE. » (en majuscules, comme pour une affirmation un tantinet péremptoire).

Je suis un peu surpris et désolé, mais un « tout est quantique » est pour moi la phrase qui tue,  c’est le réductionnisme dans sa version la plus aberrante qui soit : le quantisme !

[Le quantisme est une sorte de nombrilisme nihiliste le plus complet : je m’explique par moi-même qui ne suis … rien. Et la mécanique quantique aime ces paradoxes, elle en est même sans doute la championne en terme scientifique élevant l’interrogation hamletienne être ou ne pas être à être et ne pas être.]

Cube paradoxale de Escher illustrant l’article « Paradoxe » sur wikipédia (j’y ai découvert l’étymologie du mot… soyez curieux, cliquez sur l’image !)

Un monde à la sauce quantique ?!

Hors de tout formalisme je pense qu’il faut laisser le mot quantique à la branche de la physique qui l’a formé, en faisant l’effort d’entrer dans les concepts qu’elle a développés à partir d’elle-même sans amalgamer, et surtout sans vulgariser des images de cette physique théorique et abstraite partagée peut-être un peu tôt. A ce jeu s’il en est, on s’aperçoit du drame qui se joue pour cette part de  l’humanité abreuvée d’information qu’elle vénère sans tenter d’en saisir les arrières-plans, et surtout sans mettre à côté d’elle un libre arbitre perspicace.

Je suis intervenu dans l’échange sans imaginer la réaction en chaine que j’allais déclencher, et cela simplement par un raz-le-bol de ce mot « quantique ». La sauce à la mode est ce mot formé pour les besoins de la physique éponyme qui est maintenant utilisé pour faire passer toutes les sauces comme étant moderne ; on le greffe sur à peu près tout comme une étiquette « solde » sur un pull [à quand le déboulochage quantique, l’épilation quantique ?… on a déjà la psychologie quantique, 2 mots qui (à mon sens bien sûr) vont à contresens].

Ce mot quantique pèse lourd par l’aveuglement qu’il entraîne. On rigole de la naïveté des anciens qui se soumettaient aux grands prêtes de la religion. Ceux d’aujourd’hui portent blouses blanches, ou costumes cravates et leur sanctuaire est situé bien loin de la surface de la Terre, bien loin de la biosphère…. à chacun sa religion ! [rencontrer … Atlas !]

 

Bref, si je me suis trompé et que ce ce terme est un apport pour l’humanité, un terme commun constructif et pas seulement aveuglant, alors je m’en ferai son héraut… (comme à une époque je l’ai fait pour What the bleep… pour descendre les buts de la Physique Quantique, avant de comprendre qu’il s’agissait avec ce film d’un .. détournement ! et ce n’est pas pour ça que j’encense la PQ… mais j’apprécie son … charme.

 

A+

P. Roussel

PS : je côtoie des chercheurs du CERN. Ce sont des hommes comme vous et moi, passionnés par ce qu’ils font, et qui s’y investissent à 100%. Parmi ceux que je fréquente, je sens le doute, mais jamais il ne se concrétise. Ce sont des gens qui doivent apporter de la conscience auprès de leurs collègues, lourde tâche !

Share Button